Make people live off
the Land sustainably

Des terres et espaces forestiers restaurés et protégés au Togo

Renforcement de la résilience des communautés locales par une gestion concertée et durable des écosystèmes forestiers et des terres

Bailleur principal : Union Européenne ; Partenaires techniques : Inades Formation, RAFIA, AE2D et JPR ; Bénéficiaires directs : 3600 producteurs/trices pour renforcer leur résilience aux risques climatiques

Des terres et espaces forestiers restaurés et protégés au Togo Image principale

Contexte

Au Togo, les forêts couvrent près d’un quart du territoire. Elles sont cependant, pour la plupart d’entre elles, menacées du fait de la coupe de bois pour servir de combustible et de l’extension des terres cultivées. Par ailleurs, des sites fragiles tels que des flancs de montagne ou les berges de cours d’eau, subissent, eux, une forte érosion et une perte de fertilité du fait de la coupe des arbres, des feux de brousse ou de leur mise en culture.

Enfin, l’absence de plans d’aménagement et d’espaces de concertation, entraine, d’une part, une exploitation non durable des ressources naturelles (forêts et sols) et, d’autre part, de nombreux conflits entre les populations et les autorités forestières.

Dans ce contexte, le projet « Forêts et terres durables » vise, dans trois régions du Nord Togo (régions Savane, Kara et Centrale, à protéger et aménager durablement des forêts et des sites sensibles, par les communautés locales, afin d’augmenter leur résilience et de lutter contre les changements climatiques

Ce projet concerne 3 600 agriculteurs familiaux, collecteurs de bois, carbonisateurs et autres usagers de la forêt. Les comités villageois et cantonaux de développement ainsi que les organisations paysannes des zones visées sont également bénéficiaires de l’action.

Activités

- Création ou restauration de 9 forêts communautaires pour une gestion plus durable et participative des ressources forestières (élaboration de chartes et plans de gestion etc.) et pour diminuer la pression sur les aires protégées ;

- Renforcement des capacités des communautés locales en matière d’adaptation aux risques climatiques, de lutte contre la dégradation des terres et des forêts et de législation forestière ;

- Aménagement de sites sensibles (d’environ 230 hectares) afin qu’ils puissent offrir des services diversifiés aux communautés locales et mise en place d’activités génératrices de revenus permettant de diminuer la pression sur ces sites et sur les forêts ;

- Appui des collectivités locales avec des outils de planification et de gestion concertée permettant une meilleure prise en compte du changement climatique, des terres et forêts dans le développement local.

Résultats

Gestion durable des écosystèmes forestiers et des terres :

- Les bénéficiaires de 9 FC et 11 sites fragiles ont  adopté des chartes de gestion de leurs forêts et sites. A ce jour, 9 dossiers de reconnaissance du statut de FC par l’Etat sont soumis à l’administration.

- En tout 19 comités anti-feux ont été formés et équipés.

- Les FC ont connu une extension de plus de 3000 ha par simple actualisation des territoires dédiés aux FC et annexion par plantation de plus de 100 ha de zones dégradées ou agricoles.

- 19 rapports de zonage et cartographie participatifs (diagnostic, défis, plan d’action etc.) ont été validés avec les communautés et mis en exploitation.

- Pour agir contre la dégradation des terres agricoles, plus de 4 km de cordons pierreux ont été construits

Plus de 70 ha de périmètres agricoles ont été convertis en agroforesterie et environ 60 ha de  sites fragiles mis en RNA

Pour reverdir les espaces et produire du bois énergie  pour les communautés, environ 70 ha de lots boisés et 293 ha d’anacardiers ont été plantés

Renforcement de capacités :

32 groupements d’AGR sont accompagnés pour devenir des coopératives performantes. Sur les 32 groupements, 25 ont reçu en subvention des équipements complexes et performants. 

Plus de 40 animateurs paysans et une soixantaine de maraîchers ont été formés ou recyclés sur les pratiques agroécologiques.

Pour les bénéficiaires :

- Amélioration des revenus de 19 % (de 781 172 à 904 757 F)

- Amélioration des rendements agricoles : maïs de 19% ; sorgho de 17% et de soja de 113 %

- Baisse des conflits autour des FC de 92 % sur les sites du projet.

- Acquisition de compétences et d’équipements pour la production commerciale des plants de reboisement, du miel, des produits maraîchers et la transformation des produits forestiers non ligneux tels les noix de karité en beurre, les graines de néré en moutarde etc.

Période

2018 - 2021

Le projet est financé par l’Union Européenne, dans le cadre de l’Alliance mondiale contre le changement climatique (AMCC+), et sous la maitrise d’œuvre du Ministère du développement durable et de la protection de la nature du Togo.  Il est mis en œuvre sur 3 ans, de 2019 à 2021.