Make people live off
the Land sustainably

Elevage durable dans les montagnes du Sud en Ethiopie

Appui à 40 000 familles pour l’amélioration des performances et durabilité des agricultures familiales : développement de la production de fourrage, amélioration des pratiques d’élevage, de la santé animale dans la filière bovine laitière.

Partenaire technique : INTERAIDE, RCBDIA ; Bailleur principal : AFD ; Bénéficiaires directs : 40 000 familles ; Avec le soutien de la Fondation Alstom

Elevage durable de montagne en Ethiopie Image principale

Contexte 

En Éthiopie, l'agriculture familiale de subsistance est prédominante et 3/4 des exploitations du pays sont des petites fermes familiales. Dans les zones montagneuses du sud éthiopien, la forte densité démographique et le morcellement des parcelles agricoles font baisser la productivité et accroissent le déséquilibre entre les ressources des familles et leurs besoins. De plus, la région subit de très fortes contraintes climato-environnementales. 

Les populations sont à risque d’insécurité alimentaire et les effets du changement climatique se font déjà sentir et devraient s’accentuer à long terme entrainant une érosion accrue des sols et la perte de fertilité des terres.

AVSF intervient pour aider la population, réduire les inégalités et améliorer la production et les revenus des familles paysannes en agissant sur :

- l’accès à une eau propre est un besoin prioritaire en Éthiopie : elle permet en effet de supprimer une source potentielle de contagion et de mettre en place les mesures d’hygiène de base, premiers remparts contre les maladies. De plus, la facilité d'accès à l'eau aura également un impact positif chez les femmes et les enfants, qui ont souvent cette tâche domestique à réaliser (c.-à-d., moins de temps pour la recherche d’eau donc plus de temps disponible pour réaliser d’autres activités).

- le renforcement de la résilience des familles rurales en améliorant la fertilité du sol dans des fermes, la diversité des productions (humaines et animales) et l’accès à l’eau d’une façon durable. 

- l’augmentation de la productivité agricole et d’élevage diminuera le risque de famine dans une zone historiquement touché par des « famines vertes » (amélioration des conditions de vie).

- le renforcement des capacités des femmes éleveuses sur l’élevage bovin servira pour assurer une conduite correcte et appropriée de leurs petits troupeaux dans l’avenir et des rendements plus élevés des produits laitiers, avec une augmentation de leur autoconsommation familiale et aussi des revenus des ménages au travers leurs ventes sur les marchés locaux. De plus, l’activité de culture des fourrages de bétail proche aux foyers permettront aux femmes de diminuer le temps de collecte fourragère.

En outre, le projet est aligné avec la politique climat du pays et contribuera à une trajectoire bas-carbone, avec une réduction qui dépasse le seuil des -10 000 teqCO2/an.

Activités

- Amélioration et le développement de la filière élevage et lait au travers d’actions pilotes menées afin de permettre aux familles de mieux valoriser leurs productions agricoles.

- Restauration de la fertilité des sols avec les aménagements anti-érosifs végétalisés, la diversification des productions (fourrage et légumineuses), et la production de semences et d’engrais verts (moins de dépendance aux intrants). 

- Préservation des ressources en eau, et la sécurisation de l’approvisionnement pour les populations et le bétail (construction de nouveaux points d’eau et amélioration de leur maintenance et gestion).

- Réduction de la pression sur les aires pâturées avec la production de fourrage pour le bétail, et le contrôle collectif de la gestion de la divagation des animaux.

- Augmentation et la diversification des revenus avec l’accroissement des rendements des cultures et de la production laitière, la production de fourrage pour la vente.

- Préservation et restauration des ensetteraies (faux bananiers) qui permettront de réduire la vulnérabilité des ménages à l’insécurité alimentaire en cas de sécheresse prolongée ; et qui serviront à la fois comme alimentation pour les bovins en stabulation. 

Résultats attendus

- Au moins 40 000 familles (250 000 personnes)  amélioreront leur résilience et performances économiques grâce à une augmentation et une diversification des productions et des revenus agricoles, à une amélioration de la conservation de l’eau et des sols et de la fertilité, à un accroissement de la biomasse produite, et à un accès permanent à un point d’eau à proximité pour la consommation humaine et animale.

- 4 000 familles parmi lesquelles 6 000 femmes soit 2 000 cheffes de familles en situation de vulnérabilité appuyées (cible environ 10% de l’ensemble des bénéficiaires) 

- Les revenus de ces familles sont augmentés de plus de 50 € en moyenne par an grâce à une meilleure disponibilité de ressources fourragères, particulièrement en saison sèche. 

- Dans la zone du Kembata, 30 000 usagers (environ 10 000 têtes de bétail) gagneront un accès pérenne à de l’eau potable à proximité de leur foyer (rayon de 500m) pour la consommation humaine et animale grâce à la construction de 100 points d’eau. 

- Dans la zone de Kembata, 110 000 usagers existants (en plus des 30 000 nouveaux usagers) maintiendront leur accès à l’eau grâce aux mécanismes de maintenance mis en place avec les Fédérations et les institutions locales.

- Parmi la population cible, les fermes de 20 000 familles seront aménagées et protégées durablement contre le processus d'érosion des sols (protection achevée pour 10.000 familles et en cours pour 10.000 autres familles à la fin du projet). Cela correspond à la mise en place de 1.200 km de structures antiérosives végétalisées et la protection de 1 500 ha de terres agricoles arables en montagne durant la période du projet. 

- Entre 5 000 et 10 000 familles ayant protégé leurs terres, intègrent des productions de fourrages diversifiées et utilisent des techniques d'engrais vert pour améliorer la fertilité des sols (légumineuses, haies fourragères et essences d’arbres à usages multiples).

- 1 350 femmes dont leurs capacités seront renforcées dans la gestion des ressources fourragères et alimentation de bétail. 

- Les femmes éleveuses amélioreront les revenus qu’elles génèrent des produits laitiers issus de l’élevage grâce à une meilleure disponibilité et une gestion adaptée des ressources fourragères et une meilleure connaissance des besoins nutritionnels du bétail. 

Période du projet 

2020 - 2024