Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

L'agroécologie est une pratique moderne !

Véronique MOREIRA, Vice-Présidente de la Région Rhône-Alpes, déléguée à la Coopération solidaire

Pouvez-vous présenter la mission du Conseil Régional sur la coopération internationale ?

Depuis 30 ans, la Région Rhône-Alpes est passée de l’aide humanitaire a la coopération au développement en choisissant de s’impliquer durablement avec des collectivités locales étrangères volontaires pour l’accès de toutes et tous aux droits humains essentiels, pour  lutter contre les inégalités et la pauvreté, objectifs premiers de la communauté internationale (OMD), donc pour un monde plus juste, solidaire, responsable.
Aujourd’hui, cela concerne 13 régions dans le monde, parmi les plus pauvres, sur 3 continents, que nous accompagnons directement dans la durée et en appuyant les actions de nos sociétés civiles, leurs ONG et leurs échanges. C’est pourquoi la Région a choisi de faire voter une véritable politique publique en la matière, de l’inscrire durablement dans une complémentarité nécessaire avec les Etats dont seuls les moyens et les régulations internationales sont à la hauteur des enjeux. Elle s’implique particulièrement dans le développement territorial et notamment rural parce que les paysanneries du monde forment encore partout, contre toute logique,  les gros bataillons de la faim et de la misère, un paradoxe qui ne peut plus durer.
Les agricultures paysannes (l’élevage, la pêche, la foresterie..), l’activité encore majoritaire dans le monde, doivent continuer à nourrir et à employer le plus grand nombre, et même entretenir l’environnement pour tous. Elles doivent aussi permettre de vivre dignement.


Pourquoi soutenir AVSF ?

L’association AVSF est ainsi financée par Rhône-Alpes dans 4 régions du monde : au Sénégal, pour la gestion collective d’espaces agropastoraux autour d’un forage, au Brésil dans la formation à l’agroécologie de paysans sans terre et de petits producteurs, au Mali dans un appui à la politique agropastorale de la Région de Tombouctou et à Madagascar.
C’est en effet une des premières ONG françaises, européennes, à  proposer, mettre en oeuvre et capitaliser - et plaider pour - des approches territoriales intégrées, participatives, multi-acteurs, qui accompagnent sur les plans technique, social, organisationnel et institutionnel les efforts incessants des paysans et des éleveurs pour se nourrir et vivre de leur activité, pour résister localement à la concurrence absurde, incohérente, des agricultures industrielles et subventionnées de la planète.


Quelles perspectives donner à cette collaboration ?

Le potentiel de progrès est encore énorme dans des systèmes de production agroécologiques, résistants au changement climatique, et économes en ressources, en fait ... modernes !  Les équipes locales d’AVSF s’y emploient, soutenant les communautés paysannes, appuyant leurs solutions techniques innovantes, leur organisation, leur gestion  des ressources,  leur rôle dans le développement de leur territoire.
Reste donc la question ouverte, pour les élu-es et les citoyen-nes, de promouvoir des politiques qui soient enfin favorables à la moitié rurale du monde et de porter massivement les projets probants à la hauteur des besoins, à l’échelle nécessaire.

Propos recueillis par Carline MAINENTI