Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Préserver l'environnement des paysans au Pérou

César PAZ, Responsable des activités d'AVSF au Pérou

Peux-tu nous présenter le projet « capture de carbone » mis en œuvre par AVSF à Pichanaki ?

Dans cette zone de frontière agricole, en bordure de l’Amazonie péruvienne, les arbres ont été pratiquement supprimés des parcelles caféières, entraînant une perte accélérée de la fertilité des sols. C’est le début d’un cercle vicieux : lorsque les rendements chutent trop, les petits producteurs déboisent de nouvelles parcelles, plus loin dans les terres. Le projet « capture de carbone » est avant tout un projet d’agroforesterie. Avec ce projet, nous souhaitons améliorer la fertilité et le rendement des caféières par la présence des arbres, mais aussi diversifier les revenus des paysans ; et ainsi, mieux préserver la forêt naturelle du risque de déboisement. Ces actions sont associées à de la compensation carbone : le CO2 stocké par les arbres en croissance, fait l’objet d’une valorisation économique sous forme de "crédits carbone" commercialisables auprès d’entreprises souhaitant compenser une partie de leurs émissions de gaz à effet de serre, ce qui procurera des revenus supplémentaires pour le projet et les communautés.


Quel est l’état d’avancement du projet aujourd’hui ?

Entre 2010 et 2012, environ 800 hectares ont été "redensifiés" en essences d’arbres divers, avec 80% d’espèces locales. Ce travail a pu se faire avec un minimum d’investissement, grâce à la très forte implication des 240 paysans concernés, appartenant aux coopératives partenaires, et grâce à l’appui de notre partenaire CO2 Consultores. Aujourd’hui, l’objectif est d’augmenter le nombre de parcelles reboisées et de producteurs bénéficiaires. Pour cela, il nous faut identifier des partenaires financiers intéressés par la démarche, qui nous accompagnent vers un vrai changement d’échelle. Par ailleurs, la procédure de certification du projet auprès du label "Carbon Fix" est en cours ; cette labellisation nous permettra de commercialiser des crédits carbone sur le marché volontaire.


Comment AVSF se positionne-t-elle par rapport à la démarche de la compensation carbone ?

Nous sommes encore dans une phase expérimentale de ce type de mécanisme : "Capture de carbone - Pichanaki" est le 2e projet que nous lançons. Nous nous intéressons à la finance carbone dans la mesure où elle peut constituer un levier de financement pour des actions sociales et environnementales, diversifier les revenus des communautés, et sensibiliser les producteurs à la préservation de leur environnement.

Mais nous questionnons également certains aspects de ces mécanismes. Nous avons donc commandité, avec deux autres ONG françaises, une étude permettant d’analyser les véritables bénéfices sociaux et économiques des projets carbone pour les petits producteurs, leur accessibilité, et de proposer des règles pour un "carbone plus solidaire".

Propos recueillis par Adeline GIRAUD

Découvrir les actions d'AVSF au Pérou