Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Robin… des terres maraîchères

Reportage à Madagascar

  • Robin… des terres maraîchères Image principale
  • 9- Chez.. Robin RABEFARITRA, maraîcher à Imerintsiatosika, à 30 km d’Antananarivo (Madagascar) (2).jpg
  • 9- Robin RABEFARITRA, maraîcher à Imerintsiatosika, à 30 km d’Antananarivo (Madagascar) (20).jpg
  • 9- Robin RABEFARITRA, maraîcher à Imerintsiatosika, à 30 km d’Antananarivo (Madagascar) (24).jpg

Robin n’y connaissait rien en maraîchage. Le système de goutte-à-goutte d’irrigation installé avec l’association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières lui permet de vivre un peu plus dignement de sa retraite à Madagascar.

A la retraite comme ancien ouvrier des travaux publics, Robin découvre que sa faible pension de 20 euros ne lui permet  pas de vivre correctement, loin de là.  Le curé de la paroisse locale lui donne alors cet étonnant conseil : « lancez-vous dans la culture maraîchère ! » Drôle d’idée pour Robin Rabefaritra qui n’y connaissait strictement rien en agriculture, mais c’est un homme curieux d’apprendre. Et il comprend vite. Le conseil ne tombait pas si mal puisqu’il venait d’hériter de 3 000 m² de terres à Imérintsiatosika à l’ouest de Tananarive, sur l’île de Madagascar. Robin commence à cultiver les légumes traditionnels mais le poids des dizaines d’arrosoirs le fatigue à son âge. Le soir, il n’en peut plus. Alors il s’informe, se documente sur les système d’arrosage, va sur les marchés. Et à la Foire de Tananarive, sorte de Salon de l’agriculture, il entend parler de mini-irrigation et d’un programme d’aide pour le lancement de kits de goutte-à-goutte pour petites surfaces. C’est exactement ce qu’il lui faut.

Le coordonnateur et le conseiller technique de l’association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières lui donnent quelques conseils et une subvention de 75 % de son investissement. En échange de cette aide, il accepte que son expérience et son installation devienne une exploitation pilote pour les autres paysans. Et cela tombe bien car son champ est facilement repérable de la route qui passe juste au-dessus. Les curieux s’arrêtent et Robin leur dit tout le bien qu’il pense de ce kit de mini-irrigation, des conseils du technicien d’AVSF et le profit qu’il en a tiré. Robin commence avec des légumes classiques : haricots verts, courgettes et concombres.

D'ouvrier à paysan
Il installe lui-même la pompe à eau. Une chance, il a l’un des rares puits des alentours qui ne se tarit jamais. Puis il met les tuyaux du goutte-à-goutte. Le résultat est spectaculaire. « L’année précédente, avec mon arrosoir j’avais récolté 50 kg de haricots verts sur 100 m². Cette année, avec le goutte-à-goutte j’ai eu 75 kilos. Et c’est encore mieux pour les courgettes. Sur 50 m² j’avais eu cinq sacs de courgettes. J’en ai eu autant sur un tout petit espace de 15 m² avec le nouveau kit d’irrigation. » Il apprécie aussi de pouvoir s’absenter un ou deux jours. Le goutte-à-goutte continue. « Avant si je partais deux jours et que les légumes n’étaient pas arrosés, le rendement s’en ressentait.  Maintenant le goutte-à-goutte fonctionne sans moi. Il suffit de s’assurer que le réservoir ne manque pas d’eau. »

Et Robin, l’homme des travaux publics devient un véritable paysan, fin connaisseur de la fabrication du compost et des techniques agroécologiques. Une fois encore le résultat est étonnant. Il peut avoir trois cultures par an au lieu de deux. « Et j’ai changé de tactique. » Car Robin a interrogé, regardé, cherché ce qui manquait sur les marchés et ce qui se vendait le mieux. « Je fais des légumes qu’on ne trouve pas au marché de Tananarive. Melons, chou rouge, épinards, asperges, artichauts, fèves, …

« Avec cette technique du goutte-à-goutte et si je maîtrise l’utilisation de l’eau, le choix des semences et les techniques pour lutter contre les insectes et les maladies, je vais pouvoir rembourser mon prêt et gagner ce qui correspondait à mon ancien salaire ». Robin continue ainsi à se documenter et ne rate aucune foire agricole pour trouver de nouvelles idées et continuer de s’émerveiller de ses légumes.

Dominique Gerbaud, ancien grand reporter et rédacteur en chef de La Croix

Découvrir les actions d'AVSF à madagascar
Comprendre l'agroécologie en 5 min en vidéo

Soutenir AVSF