Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Il était évident pour moi de faire cette course de 1000 km pour une cause solidaire

Sophie WILFORD, vétérinaire

1 000 km à cheval ce n’est pas un peu fou ?

Oui… et non ! Le Mongol Derby est une course de plus de 1000 km, parcourus en 10 jours maximum, sur des chevaux mongols semi-sauvages, à travers la steppe. Elle est basée sur le modèle historique de la route postale établi par Ghenghis Khan et les cavaliers logent dans les yourtes avec les familles locales. J’avais contacté les organisateurs pour participer comme vétérinaire il y a quelques années. Et j’ai été sélectionnée, en 2014, pour travailler sur le terrain. C’est là que j’ai rencontré Sian qui est urgentiste et qui s’occupait des cavaliers. On a vraiment sympathisé et on s’est dit « pourquoi ne pas tenter l’aventure en faisant équipe toutes les deux ?! »

A quel moment AVSF entre en jeu ?

Il ne me serait pas venu à l’esprit de faire cette course sans la coupler à une association. Mais je ne voulais pas une structure uniquement véto. Je voulais une association qui englobe le côté humain, et qui touche aussi à la Mongolie. L’action d’AVSF me parlait énormément. J’ai envoyé un e-mail pour expliquer le projet au démarrage, et j’ai eu un retour super : l’équipe nous a fourni beaucoup de conseils et d’écoute et a été là pour nous soutenir à toutes les étapes.

Comment avez-vous organisé la mobilisation autour de vous ?

Je suis entrée là-dedans complètement à l’aveuglette, je n’y connaissais rien. On a passé beaucoup de soirées à établir des dossiers de demande de sponsoring et on a appris plein de choses. C’est très enrichissant comme expérience. Il faut être motivé, mais c’est une démarche passionnante. Ça commence à faire boule de neige, les gens autour de nous s’intéressent énormément à notre projet. J’espère faire une grosse récolte de fonds, et au-delà, sensibiliser largement au problème de la sédentarisation en Mongolie.

En tant que vétérinaire, comment jugez-vous les soins apportés aux chevaux ?

Les chevaux sont extrêmement bien soignés, aussi bien par leur propriétaires mongols qui les requiert pour leur travail que par les participants au Mongol Derby. Ils ne font que 40 km chacun, ce qui est une distance de routine pour ces petits chevaux. Il y a également des règles très strictes ainsi qu'un système de pénalité en ce qui concerne la course et les cavaliers pour s'assurer du bon déroulement de la course ainsi que du bien-être des chevaux. Vétérinaires, urgentistes et staff travaillent assidûment durant toute la course pour que tout se passe sans encombre. En outre, ce qui est super c'est que la présence de ces personnes pendant la course permet d'apporter des soins aux troupeaux ainsi qu'aux nomades.

Propos recueillis par Laure ESPIEU

Si vous voulez soutenir Sophie dans collecte de fonds en faveur d’AVSF c’est par ici