Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Permettre aux paysans de vendre équitablement leurs produits

Christophe BOSCHER, Référent filières Afrique de l’Ouest chez AVSF

Est-ce compliqué pour les communautés d’accéder à des marchés rémunérateurs ?

C’est tout le sens de notre activité : aider les producteurs, hommes et femmes, à s’y intégrer de manière plus juste et plus rémunératrice, grâce à des organisations consolidées. Sur les filières conventionnelles, il y a beaucoup d’acteurs en situation de monopole, détaillants ou grossistes. Ils sont difficiles à concurrencer, de même que l’agro-industrie et la grande distribution. La difficulté pour les producteurs locaux va être de répondre aux exigences de volumes, aux normes de qualité, et d’assumer des paiements différés.

Comment les aider à atteindre le consommateur ?

Nous utilisons une approche qui vise à raccourcir la filière. La crise alimentaire de 2008 a permis une prise de conscience autour de la question de la souveraineté alimentaire. Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, il y a maintenant une vraie demande locale, fondée aussi sur la qualité des laitages, des légumes, ou des volailles largement supérieure aux produits importés. Pour les organisations paysannes, il y a plusieurs modalités de mise en place de circuits plus courts : la vente à la ferme, le porte-à-porte, les livraisons à domicile, les boutiques paysannes, ou les achats publics par les cantines scolaires, les casernes, les hôpitaux.

Y a-t-il un effet boule de neige ?

Les producteurs améliorent leurs revenus. En 3-4 ans, on a pu constater une hausse de 10 à 25 %. L’impact social est aussi très fort : sur la situation des femmes et la structuration de groupes qui se fédèrent autour d’un objectif commun. De manière globale, cela permet de sécuriser les systèmes de production par rapport à des situations de marché qui rendent les exploitations familiales vulnérables. A l’export, nous travaillons sur des circuits alternatifs plus rémunérateurs pour les producteurs : au travers du commerce équitable ou des labels bio, AVSF soutient les organisations de producteurs à se rapprocher d’importateurs, notamment pour des produits comme le cacao, le café, la mangue ou le beurre de karité. Il nous semble donc pertinent de travailler à la fois sur les filières longues et courtes.

Propos recueillis par Laure ESPIEU

Vous aussi, vous pouvez soutenir les projets d'AVSF