Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Praxis

AVSF sur les sentiers du lait local au Sénégal : un regard rétrospectif sur 18 années d’expériences en Haute Casamance

Editeurs : AVSF
Auteurs : Balde Moussa
Dia Djibi
Année : 2015

AVSF sur les sentiers du lait local au Sénégal : un regard rétrospectif sur 18 années d’expériences en Haute Casamance

Au Sénégal, près de 70 % du lait consommé est aujourd'hui importé en grande partie des Etats de l’Union Européenne et d’Amérique latine, sous forme de poudre de lait, alors que les éleveurs sénégalais pourraient fournir une grande partie du lait consommé par la population. Parallèlement à l'action de l’Etat sénégalais, des acteurs de la filière lait, des petits producteurs et transformateurs organisés autour d’AVSF depuis plusieurs années notamment en Haute Casamance, souhaitent montrer que les initiatives locales existent et ont des résultats concrets tant sur le revenu des éleveurs, la création d'emplois en milieu rural que sur la sécurité alimentaire et nuturititionnelle, y compris des consommateurs. Le présent document est une synthèse non exhaustive qui retrace ainsi l’expérience engagée depuis plus de 18 ans par Agronomes et Vétérinaires Sans frontières (AVSF) dans l’émergence et le développement de la filière laitière locale au Sénégal, en Haute Casamance (Départements de Kolda et Vélingara). Ces actions ont été soutenues par l'Agence Française de Développement et l'Union Européenne.


En savoir plus

AVSF sur les sentiers du lait local au Sénégal : un regard rétrospectif sur 18 années d’expériences en Haute Casamance

Au Sénégal, près de 70 % du lait consommé est aujourd'hui importé en grande partie des Etats de l’Union Européenne et d’Amérique latine, sous forme de poudre de lait, alors que les éleveurs sénégalais pourraient fournir une grande partie du lait consommé par la population. La production locale estimée à 184 millions de litres en 2011 n’arrive pas à satisfaire les besoins de la population sénégalaise, qui sont de 431 millions par an. Les prix du lait importé ont flambé en 2011 et les scénarios pour les prochaines années, avec la diminution considérable des récoltes mondiales de céréales et une conséquente augmentation des coûts de production, font craindre une ultérieure hausse des cotations des produits laitiers industriels.

L’Etat sénégalais tente à la fois de diminuer le prix du lait en poudre, en agissant sur les droits de douane, et d’appuyer la filière lait local. Parallèlement, les acteurs de la filière lait, des petits producteurs et transformateurs organisés autour d’AVSF depuis plusieurs années notamment en Haute Casamance, souhaitent montrer que les initiatives locales existent et ont des résultats concrets :

  • l’amélioration de la production laitière ;
  • l’organisation des éleveurs en amont et aval de la collecte ;
  • la création d’emplois pérennes et d’un revenu régulier pour les éleveurs (parfois très largement supérieur au SMIC local) ;
  • l’amélioration de la sécurité alimentaire : disponibilité du lait toute l’année chez les producteurs, lait pasteurisé et dérivés pour les consommateurs ;
  • la création de valeur ajoutée en milieu rural.

Le présent document est une synthèse non exhaustive qui retrace ainsi l’expérience engagée depuis plus de 18 ans par Agronomes et Vétérinaires Sans frontières (AVSF) dans l’émergence et le développement de la filière laitière locale au Sénégal, en Haute Casamance (Départements de Kolda et Vélingara). Ces actions ont été soutenues par l'Agence Française de Développement et l'Union Européenne.



Cacher