Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Chacun peut porter le message solidaire d'AVSF !

Michel PROST, Président de l'association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières

Pourquoi s'investir fortement avec  AVSF ?

Ma découverte du monde du "développement" s'est faite progressivement : un stage étudiant en Côte d’Ivoire, deux ans  sur l’agriculture marocaine, plusieurs missions de formation dans les pays d’Europe centrale dans les années 90. J’ai découvert AVSF en 2007, lors d’échanges avec Claude ROGER (mon prédécesseur comme président d'AVSF), et par ses outils communication : un petit journal trimestriel simple, bien fait, avec le beau nom de « Habbanae », un site web remarquable témoignant d’une expérience de plusieurs décennies au service des paysans exclus ; et surtout j’y ai rencontré ensuite des gens engagés et passionnés. Alors, à mon tour, je m’y suis progressivement engagé, jusqu’à ce que l’assemblé générale 2015 me fasse confiance pour en assurer la présidence.

Votre "histoire" vous prédestinait-il à la présidence d'AVSF ?

Sans être fils de paysan, j’ai, depuis l’enfance, un véritable attachement au monde agricole et c’est assez naturellement que je me suis orienté vers une formation d’agronome, même si, à l’époque, j’avais hésité entre agronome et vétérinaire !
Dans mon activité professionnelle, je me suis beaucoup intéressé aux questions d’équilibre de marchés et de valorisation des produits agricoles et j’ai travaillé longtemps dans la coopération agricole,  séduit par l’engagement des personnes et la force de l’organisation collective au service des paysans.

Quelles priorités souhaitez-vous impulser ?

Prendre la responsabilité de la présidence d’AVSF, c’est d’abord s’inscrire dans la chaine de ceux qui ont participé à son développement depuis 1977. Les valeurs que nous portons, l’engagement et les compétences de nos équipes ne pourront continuer d’œuvrer au service des populations rurales exclues que si « l’entreprise » qui les rassemble, notre association 1901, existe et se développe. Chaque année qui passe montre les efforts nécessaires pour fidéliser les bailleurs, pour développer la collecte de fonds tant auprès des particuliers que des entreprises et des fondations. Salariés, élus et bénévoles y travaillent et il faut poursuivre cela sans relâche : à nous de faire, avec nos partenaires des pays de coopération, des propositions d’actions bien pensées, à entretenir l’esprit pionnier qui nous a permis d’innover dans de nombreux domaines : commerce équitable, agroécologie, énergies alternatives, gestion des ressources naturelles, lutte contre le changement climatique.

Il nous faut aussi rechercher des  partenariats avec d’autres ONG professionnelles, voire œuvrer à des regroupements, et ceci pour deux raisons : dans un monde qui évolue, rester une ONG de taille moyenne, capable de répondre à la plupart des programmes de développement des bailleurs de fonds, c’est nécessairement grossir. De plus, les besoins sont « multisectoriels » : permettre à des familles paysannes d’intégrer un processus de développement économique et social, c’est non seulement les accompagner pour accroître leur production agricole et leurs revenus, mais c’est aussi, se préoccuper de leurs sources d’énergie, améliorer la santé, l’éducation, les conditions de vie… Il nous faut donc aussi développer un « partenariat de métiers ».

Enfin, j’ai le sentiment que nous n’avons pas encore pleinement valorisé les synergies possibles entre les trois « piliers » de notre ONG : les salariés, les experts, et les élus et bénévoles. Tous  partagent les valeurs et les grandes orientations d’AVSF, et chacun peut apporter sa pierre.

La vitalité de la vie associative et l’engagement des élus peuvent en particulier beaucoup pour le développement de la notoriété d’AVSF : on sait qu’elle est forte dans le milieu de la coopération internationale où son expérience et ses savoir-faire sont reconnus. Mais  nous devrions être mieux connus et reconnus dans le grand public et dans des populations, des institutions, des entreprises qui sont ouvertes à nos valeurs, apprécient nos actions et sont prêtes à nous soutenir. Les Courses sans Frontières y aideront aussi.

A chacun, sympathisant, donateur, adhérent, élu ou salarié de porter s’il le veut bien, dans sa famille, vers ses amis, dans son milieu professionnel, associatif… le message d’AVSF !

Propos recueillis par Christophe LEBEL