Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Alerter les éleveurs sénégalais

La mise en place de systèmes d’information et d’alerte au Sénégal constitue un début de réponse aux risques de dégradation des conditions de vie des éleveurs.

Alerter les éleveurs sénégalais Image principale

D’une superficie représentant plus d’un tiers du pays, le Ferlo est l’une des rares zones refuges pour l’élevage pastoral. C’est aussi une zone de transit stratégique, pour la transhumance comme pour les échanges commerciaux entre le Sénégal, le Mali et la Mauritanie. Or les pâturages du Ferlo sont gravement menacés par le changement climatique.

A défaut de pluie…
Le changement climatique est déjà nettement perceptible dans le Ferlo. Au fil des 20 dernières années, le régime des précipitations est devenu très variable, avec une alternance d’années humides et sèches. Une saison des pluies écour- tée et retardée de 10 à 20 jours, des fortes pluies sur 2 à 3 jours de plus en plus fréquentes engendrent dégâts matériels (cultures, infrastructures) et pertes humaines et animales. Les ressources des éleveurs sont d’autant plus menacées que la tendance est à la disparition des espèces fourragères de qualité et à la réduction de l’espace pastoral au profit de l’agriculture. Dans ce contexte, l’information sur l’état des sources d’eau devient cruciale.

… savoir où est le point d’eau
Un dispositif d’alerte précoce a été mis en place en liaison avec le Centre de Suivi Ecologique qui reçoit et systématise les informations agro météorologiques et hydrologiques régionales.

Diffusées par les radios communautaires, les centres d’alertes et sur les marchés hebdomadaires, ces informations sont aussi accessibles via le site « spaif.org », un des pivots du système, qui aide aussi à la décision des partenaires opérationnels, des administrateurs locaux et des instances politiques nationales.

Objectif : avertir les éleveurs du manque de pâturage ou de points d’eau (assèchement des mares, ensablement des puits, pannes de forage) dans une zone donnée, pour prévenir la mortalité des troupeaux.

… et le feu de brousse !
Chaque année, la zone agricole est ravagée par des feux de brousse qui poussent les troupeaux à une transhumance forcée et accentuent le processus de désertification. Le projet teste un système d’alerte aux feux de brousse en temps réel, en privilégiant depuis plusieurs années sa diffusion par téléphone mobile. Et pour prévenir les conflits (parfois sanglants) entre cultivateurs et éleveurs transhumants, la localisation des couloirs pastoraux fait l'objet d'une information systématique.

VOUS AUSSI, VOUS POUVEZ SOUTENIR DES PROJETS D'AVSF