Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

L'agroécologie, solution contre le réchauffement climatique

Katia Roesch, chargée du programme « Agriculture paysanne, Ressources naturelles et Changement climatique » chez AVSF

L'agroécologie, solution contre le réchauffement climatique Image principale

Du 30 novembre au 12 décembre 2015, la France présidera la Conférence Internationale sur le Climat et accueillera au Bourget des dizaines de milliers de représentants de gouvernements, organisations internationales, institutions, etc… D’où la forte mobilisation de notre gouvernement et de la société civile. Grande absente des négociations depuis 2012 car source de blocages entre les pays, l’agriculture n’a pas été traitée à Lima et ne le sera sans doute pas directement lors des négociations à Paris. C’est pourtant un enjeu primordial pour 800 millions de personnes dans le monde en grande majorité paysannes qui souffrent de la faim et sont les premières victimes des changements climatiques.

COP 21, un moment-clé
Aussi l'association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières - AVSF, en coopération avec d’autres ONG françaises impliquées sur l’agriculture et le climat, agira pour mobiliser les pouvoir publics sur l’intégration de la sécurité alimentaire - à défaut de l’agriculture - dans le texte de l’accord issu de la conférence. Nous maintiendrons pour cela un haut niveau d’échange avec les autorités françaises, notamment dans le cadre du  Groupe Interministériel sur la Sécurité Alimentaire - GISA.

D’autre part, AVSF s’appuie sur sa position de chef de file du groupe d’ONG dédié à l’agriculture au sein de la Commission Climat et Développement de Coordination SUD, nous contribuons à renforcer les compétences de la société civile française et des pays du Sud, et sensibiliser les parties prenantes. Avec notamment l’organisation de conférences parallèles, des formations sur les enjeux agriculture et climat pour les sociétés civiles française et du Sud, la coordination d’une étude sur « Les innovations agroécologiques dans un contexte climatique changeant en Afrique », et la rédaction de notes et documents de positionnement sur les enjeux internationaux liés à l’agriculture et climat (négociations, GACSA…) sont d’ores et déjà au programme.
Par ailleurs, la Global Alliance on Climate-Smart Agriculture (GACSA) a été lancée en septembre 2014 par 18 pays (dont  la France), 46 institutions et organisations et 7 entreprises. Un nouvel espace auquel s’oppose la société civile internationale en raison d’objectifs mal dessinés, qui laissent la porte ouverte à tous types de pratiques et modèles agricoles notamment très intensifs en intrants et énergie.

6 projets 100% « climatiques »
AVSF tente depuis 2010 de faire reconnaitre les populations paysannes comme les premières victimes face au changement climatique et l’agroécologie comme une voie pertinente pour l’adaptation des populations au changement climatique et son atténuation. Pour cela, nous avons engagé 6 projets spécifiques : biogaz et alerte précoce au Sénégal, transition agroécologique au Togo, conservation de semences diversifiées en Bolivie, reforestation et agroforesterie au Pérou, recherche et concertation pour l’adaptation au Nicaragua, micro-irrigation et agroécologie à  Madagascar.

Enfin, la plupart des activités promues dans nos autres projets ont des « co-bénéfices » climatiques car la plupart des pratiques paysannes apportent des réponses concrètes pour faire face aux impacts des aléas climatiques.

PLUS D'INFORMATIONS SUR LES DIFFERENTS PROJETS PAR PAYS