Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Se réapproprier les semences

Carline Mainenti, responsable plaidoyer chez AVSF

Se réapproprier les semences Image principale

Les paysans du Sud ont toujours su et pu conserver leurs se-mences, les donner ou les échanger, en acheter. Cette liberté de choix et cette autonomie semencière ont permis aux communautés paysannes de s’adapter à la diversité de la nature, ses climats, ses topographies et ses conditions spécifiques. C’est ce droit et cette indépendance qui sont aujourd’hui remis en cause par la révision des législations semencières, pour garantir les investissements des grandes sociétés semencières qui y voient de nouvelles opportunités commerciales.

L’inexorable dépendance aux semences industrielles

Au Nord comme au Sud les entreprises semencières, de plus en plus grandes et éloignées des préoccupations des paysans, encouragent les Etats à réviser leurs législations pour optimiser leur modèle économique. Un processus qui implique, d’exclure les semences paysannes de la légalité commerciale, en établissant des catalogues de semences autorisées à la vente (« certifiées »). En verrouillant technologiquement les semences, l’industrie semencière s’assure donc un profit durable et instaure une dépendance pérenne des paysans. En fabriquant des plantes hybrides, on est à peu près certain que la seconde génération aura un potentiel de production largement inférieur, le paysan se voit donc obligé de racheter des semences l’année suivante s’il veut maintenir sa productivité.

Les récents accords de libre-échange et les nouvelles initiatives mobilisant des capitaux privés destinés à des investissements dans l’agriculture, accélèrent aujourd’hui les processus de révision des lois semencières des pays du Sud et imposent une privatisation du vivant en utilisant les voies légales. En obtenant un brevet sur un gène et en s’assurant que les règlementations des pays sont en faveur des détenteurs de droits de propriété intellectuelle, l’obtenteur peut alors poursuivre en justice le paysan qui reproduirait illégalement son brevet.

Nous connaissons bien les conséquences de cette spirale d’appropriation. Une grande partie des variétés anciennes ont été abandonnées dans les pays occidentaux, et l’érosion de la palette génétique des cultures dont l’humanité dépend pour sa survie est phénoménale. Outre le risque énorme sur la sécurité alimentaire, cette course à la rente et aux profits utilise le droit et par conséquent tend à criminaliser les paysans, ceux-là même qui nourrissent 60% de la planète et peuvent répondre au défi du changement climatique en utilisant des semences rustiques et adaptées à leurs contextes géographiques.

Des solutions pour retrouver l’équilibre

Pour sortir de ce cercle vicieux, les paysans doivent se réapproprier les semences. Deux axes de travail sont prioritaires :
1) Conserver la liberté et l’autonomie des paysans, en empêchant le durcissement en cours des législations semencières et du droit de propriété intellectuelle dans les pays du Sud et en particulier en Afrique. Les multinationales utilisent les Etats du Nord pour faire pression sur les Etats du Sud via des démarches d’apparence bienveillante comme la Nouvelle Alliance du G8 pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition en Afrique, ou l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA). AVSF, aux côtés de nombreuses autres ONG, prend la parole pour démasquer les manipulations et minimiser l’emprise des multinationales au Sud.
2) Travailler sur le terrain avec les paysans et leurs organisations pour retrouver l’autonomie, la qualité des semences, les savoir-faire de sélection, et pérenniser la production de semences par les paysans pour les paysans.

Signer l'appel à soutien pour protéger les paysans du Sud