Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Un jardin communautaire pour nourrir les familles en Bolivie

Histoire d'une famille paysanne

Un jardin communautaire pour nourrir les familles en Bolivie Image principale

Nous sommes dans la communauté de Tierra Hermosa en Bolivie. Il y a une petite maison avec une toiture en palmier, on entend des voix et des rires. Trois femmes autour d'une table préparent une salade de tomates avec de la laitue et des oignons. La joie se lit sur leur visage. Elles viennent en effet de ramasser les légumes de la première récolte du jardin communautaire qui a récemment été crée. Mais derrière cette salade en apparence banale, se cache en fait un long parcours...

Ces familles sont arrivées il y a quelques années sur ce territoire communautaire donné par l'Etat dans le cadre de la réforme agraire. Elles ont commencé une nouvelle vie, formant une communauté de familles originaires des quatre coins du pays. Au début, les familles construisirent elles-mêmes leur maison et commencèrent à produire sur le sol dur de la forêt de Chiquitano, loin du centre peuplé. En 2014, à travers un projet financé par Heifer et We Effect, la communauté a mis en place un jardin agroécologique collectif avec un système de micro-irrigation grâce l'appui technique de l'ONG AVSF.

«Maintenant nous avons des légumes frais, sains et en quantité suffisante pour nourrir nos familles. Dès que nous en avons besoin, nous allons au jardin pour récolter notre production. Avant nous devions acheter les légumes à un camion qui venait de Santa Cruz mais c'était des produits chimiques, ça se sentait au goût. Et quand le camion ne venait pas, on devait cuisinier sans légumes», raconte Don Wilder Parra en nous montrant les plates-bandes équipées du système d'irrigation au goutte à goutte.

Don Edwin Verduguez, qui participe lui aussi à cette initiative, commente : « Maintenant nous savons que ce que nous mangeons est sain parce que nous avons appris à préparer nos propres produits pour protéger les plantes des ravageurs. » Fier de son travail, Don Edwin ne se fait pas prier pour parler de cette initiative pilote à d'autres communautés qui peuvent alors la reproduire.

Ainsi, la production de fruits et légumes permit d'enrichir le régime des familles impliquées dans le jardin, mais aussi d'autres familles du voisinage qui, curieuses et incrédules, venaient observer le jardin. Un jardin qui défie les modèles dominants de la zone, à savoir l'élevage et la monoculture de sésame et chia.

VOUS AUSSI, VOUS POUVEZ SOUTENIR LES PROJETS D'AVSF