Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Agroécologie en Afrique de l’Ouest

Amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest à travers la prise en compte d'expériences en agroécologie pour le développement de techniques agricoles résilientes.

En partenariat avec Gret, CARI, Agrisud, Enda Pronat, ARFA, RAFIA, INADES formation Togo, Universités UCAD, UPB et ESA et Inter-réseaux Développement rural.

Agroécologie en Afrique de l’Ouest Image principale

Le projet agroécologie en Afrique de l’Ouest commencé en Novembre 2016 se concentre sur les régions de Fatick au Sénégal, de l’Est au Burkina Faso et des Savanes au Togo. Ces zones sont pour l’instant principalement utilisées pour la culture de céréales et sont touchées par des problèmes de dégradation des terres agricoles, des conditions de pluviométrie et une dégradation des ressources naturelles. 

Le projet vise donc,  grâce  à  une  évaluation  et  à  une  capitalisation  de  diverses expériences en agro écologie acquises par différents acteurs du Sénégal, du Burkina Faso et du Togo, à mettre à disposition des praticiens, des instances politiques et des institutions de coopération:

• d’une part, des références technico-économiques, sociales et environnementales concernant ces techniques agroécologiques

• d’autre part, des éléments d’analyse des freins et leviers pour leur développement, alimentant le dialogue entre acteurs, leurs réflexions et leurs décisions.

Un rapport de synthèse de ces études de terrain, complété par d'autres expériences documentées dans la sous-région, sera ensuite élaboré pour être décliné en deux produits de capitalisation  qui  seront  diffusés  au  terme  du  projet :  i) un  document  de  capitalisation  à destination des praticiens du développement agricole, et ii) une note synthétique alimentant le dialogue  et  le  plaidoyer  à  l’endroit  des  instances  politiques  de  la  région  et  des  bailleurs  de fonds. Un atelier sous régional d’échange autour de la capitalisation sera organisé.

In fine, les résultats de ce travail de capitalisation doivent permettre une meilleure prise en compte de ces  techniques  agroécologiques innovantes   et  de  leurs  conditions  de  développement  dans  les  politiques publiques et les dispositifs d’appui aux agriculteurs pour renforcer la capacité de résilience des familles paysannes.

Ce projet a reçu le soutien de l’ARAA (L'Agence Régionale pour l'Agriculture et l'Alimentation de la CEDEAO).