Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Changement climatique : l’agriculture peut être une solution !

COP23 : l’agriculture peut aussi être la solution ! Image principale

Du 6 au 17 novembre à Bonn (Allemagne), la 23e Conférence des Nations Unies sur le Climat (COP23) doit mettre en action les décisions prises à la COP21 afin de limiter la hausse des températures bien en deçà de 2°C, sachant que le scénario actuel des baisses d’émissions nous dirige vers un réchauffement à 3°C. Dans ce contexte, l’agriculture et sa participation à l’atténuation et l’adaptation face aux changements climatiques reste un sujet crucial.

L’agriculture intensive est émettrice d’environ 1/4 (24%[1]) des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial. De plus, elle ne permet pas aux populations de continuer à vivre et manger correctement (800 millions de personnes dans le monde, en grande majorité des paysans, souffrent de la faim[2]) car elle est peu résiliente aux effets du réchauffement (catastrophes naturelles, sécheresses, etc.).      

Une solution existe : l’agroécologie

L’agroécologie, que de nombreuses agricultures paysannes pratiquent de par le monde, permet de répondre aux problèmes d’atténuation et d’adaptation de l’agriculture en réduisant l’utilisation d’énergies fossiles utilisées pour la production (méthanisation, engrais naturel, associations de cultures), par une augmentation de la fixation de carbone dans le sol (initiative 4 pour 1000), et par la restauration d’écosystèmes (reboisement en arbres et haies). Tant de solutions qui assurent donc sécurité alimentaire, durabilité et protection de l’environnement.

4 projets d'action climatique :

Engagée depuis toujours pour cette forme d’agriculture respectueuse de l’environnement, des producteurs et des consommateurs, AVSF met en place des projets  pour lutter contre les causes et les effets du changement climatique à travers le monde : elle soutient particulièrement les familles paysannes du Sud déjà affectées à s’adapter à ces effets. Pour cela, AVSF promeut une agriculture plus autonome et résiliente, qui utilise au mieux les complémentarités entre agriculture et élevage et valorise au mieux les potentialités naturelles des écosystèmes.

Au nord du Sénégal, pour faire face à la fragilité de l’écosystème et aux aléas climatiques, AVSF mène des actions pour une meilleure gestion des ressources pastorales grâce à un système d'alerte précoce et installe des biodigesteurs, source d’énergie renouvelable.

En Mongolie, au cœur d’une steppe fragilisée par les aléas climatiques et le surpâturage, AVSF  a mis en place un projet de production de « cachemire durable» respectueux des éleveurs et de l’environnement.

Au Togo, pour faire face à la crise de fertilité des sols accelérée par les aléas climatiques, AVSF soutient l'adoption de pratiques de gestion des sols et d'agroforesterie durables. 

Au Mali les familles paysannes se chauffent au bois ce qui favorise déforestation et émissions de gaz à effet de serres. Pour y remédier, AVSF aide la construction de biodigesteurs produisant du gaz réutilisable pour la cuisine et du biodigestat pour la fertilisation des parcelles agricoles.