Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

L'agroécologie à Madagascar

Lôla Andriamampionona R., assistant technique en suivi évaluation du projet AVSF Amboasary Atsimo

Quelles difficultés rencontrent les populations du Sud de Madagascar ?

Le Sud de Madagascar est une zone sèche par rapport au reste du pays, et si certaines périodes de l’année présentent une pluviométrie favorable, les températures peuvent dépasser les 40°C. Cela entraîne l’évaporation de l’eau et menace la survie des plantes, notamment en période de floraison, avec des risques de réduire considérablement la production agricole. Nous formons donc les paysans et paysannes aux techniques agroécologiques, en leur apportant la preuve de leur efficacité dans des champs-écoles, pour qu’ils puissent comparer les rendements avec des techniques conventionnelles et adopter finalement de nouvelles pratiques.

Quelles sont les techniques proposées ?

Il y a par exemple l’association de cultures qui participe à la lutte biologique à titre préventif contre les ravageurs et permet de réduire l’usage d’intrants. Ou l’agroforesterie avec la culture du Cajanus (Pois d’angole), qui fixe l’azote de l’air dans le sol, retient l’humidité avec ses racines, ce qui favorise le développement d’autres plantes ; enfin, les feuilles mortes du Cajanus forment de l’humus qui fertilise le sol. Nous mettons en place des rotations de cultures réellement efficaces, avec l’alternance par exemple de céréales avec des légumineuses. Enfin, nous encourageons l’utilisation de fumures organiques pour fertiliser les sols, une pratique parfois taboue à Madagascar mais de plus en plus adoptée par les communautés.

Pour quels résultats ?

En 2017, nous avons travaillé avec plus de 2 900 paysans, dont 2 356 ont adopté les techniques agroécologiques proposées par AVSF. Nous avons réalisé une enquête qui a mis en lumière une réduction de la période de soudure, une augmentation significative des rendements et des revenus. Par exemple, avec ces techniques, les paysans sont passés de 5 à 6 tonnes de manioc par ha à 35 t/ha durant l’année 2017 !