Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Des organisations professionnelles d'irrigants en Haïti

Préparer la professionnalisation de l’Organisation d’Irrigants d’Avezac, développement de ses capacités de communication interne, de gestion, de prise de décision

Projet financé par l’Agence Française de Développement et l’Union Européenne, à travers le MARNDR, 13 mois (2018) – Partenaires : Lisode – Montpellier ; SupAgro-Lisode

Le périmètre irrigué d’Avezac est situé dans le département du Sud d’Haïti et s’étend sur les communes des Cayes et de Camp Perrin. De taille moyenne, il fait au total 3300 ha et a une superficie irrigable de 2500 ha répartie entre environ 3000 familles.

Dans le cadre de la composante 1 du programme SECAL du MARNDR[1], l’amélioration du réseau d’irrigation d’Avezac a permis une extension des superficies irriguées. Parallèlement, plusieurs activités de renforcement de la gestion sociale ont eu lieu et ont conduit à la création de l’Association des Irrigants D’Avezac (AIDA) en août 2016, remplaçant ainsi l’ancien Comité des Usagers (CDU).

AIDA est divisée en trois niveaux de gestion à savoir le Comité Exécutif, les sous-comités de Canal (SCC) et les Groupements d’Usagers (GDU). Plusieurs modules de formation ont été animés à l’intention des élus de l’association ainsi que des séances d’animation. Cependant, la communication entre les usagers au sein de l’AIDA était pratiquement inexistante : les décisions étaient prises par le comité exécutif, qui n’avait pas les moyens de se concerter avec l’ensemble des usagers groupés dans 79 groupements d’usagers (GDU). Ce manque de communication a rendu le fonctionnement du périmètre non-opérationnel. En effet, beaucoup d’exploitants ne reconnaissant pas la légitimité du comité exécutif, aucun d’entre eux ne payait de contribution financière.

L’objectif de l’intervention d’AVSF et ses partenaires est de préparer la professionnalisation de l’Organisation d’Irrigants d’Avezac, en commençant par les capacités de communication interne, de gestion, de prise de décision, afin de leur permettre de mieux répondre aux principales contraintes rencontrées par les usagers.

Pour répondre à ce besoin, la création d’un jeu de rôles a été proposée, permettant de simuler différents scénarii de gestion du périmètre et d’animer les échanges entre les irrigants.

Etablir un vocabulaire commun, une vision partagée, un diagnostic consensuel entre les acteurs du système est difficile. Les acteurs n’ont pas tous les mêmes connaissances, systèmes de représentation, objectifs, intérêts ni pouvoir, et établir ne serait-ce qu’une représentation commune n’est pas aussi simple que l’organisation d’une simple réunion entre eux. C’est ce qui explique l’utilisation des jeux de rôles dans le cadre de la gestion dans les périmètres irrigués.

Pour en savoir plus 



[1] Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural en Haïti