Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Développement économique local du département de Matam au Sénégal grâce à l’embouche bovine

Soutien aux ménages ruraux de Matam dans l'activité d’embouche ovine pour l'amélioration des revenus durables de 100 familles d'agro-éleveurs

De 2018 à 2020, en partenariat avec Elevages sans frontières, le Directoire des Femmes en Elevag, la Fédération des 21 OP Jokerre Endam, la Maison des Eleveurs, Entrepreneurs Du Monde et l’Inspection Régionale des Services Vétérinaires

Développement économique local du département de Matam au Sénégal grâce à l’embouche bovine Image principale

La région de Matam, zone rurale isolée, présente de nombreuses contraintes climatiques et environnementales. L’élevage extensif, l’activité principale, permet de valoriser ce territoire semi-aride, avec des enjeux de préservation des ressources naturelles et d’adaptation au changement climatique importants.

Afin de contribuer au développement économique local du département de Matam ainsi qu'à la sécurité et souveraineté alimentaire, ESF et AVSF ont mis en place un projet visant à professionnaliser les activités liées à l’embouche ovine auprès de 2000 éleveurs, ciblant spécifiquement les femmes et jeunes.

Lever les freins au développement de l’entrepreneuriat

Le projet vise à lever les contraintes qui empêchent le développement d’une réelle activité économique d’embouche ovine et d’accompagner les éleveurs dans l’amélioration d’itinéraires technico-économiques garantissant la mise sur le marché de produits de meilleure qualité et la rentabilité des ateliers de production.

Chez la grande majorité des agro-éleveuses la maitrise de la conduite des ateliers d’embouche fait défaut : généralement semi-intensive, elle comprend des cycles d’engraissement trop longs, pratiqués avec des animaux jeunes de race locale. Par ailleurs, les itinéraires techniques pour l’habitat, l’alimentation et les soins des animaux ne sont pas satisfaisants, et les pertes dues à des maladies ou des vols sont importantes. La rentabilité des ateliers demeure donc faible et ne permet pas aux éleveuses de tirer des revenus conséquents. Pourtant, la demande en ovins est là : chaque année près de 350 000 têtes ovines mauritaniennes entrent sur le territoire sénégalais pour combler le déficit de production en ovins.

Améliorer la conduite de l’activité d’embouche ovine et le développement de services

Les visées principales du projet sont :

L’amélioration de la maitrise de l’activité d’embouche par les femmes et les jeunes avec une amélioration des itinéraires technico-économiques

Le développement de services techniques (santé, alimentation), économiques (accès au financement, promotion des produits) et sociaux (défense des métiers d’élevage) au niveau des organisations paysannes (OP) pour soutenir leurs membres.

Le projet prévoit de renforcer 6 OP. Les femmes et les jeunes représentent les groupes sociaux ayant le plus de difficultés dans l’accès aux moyens de production, alors que 80% des femmes pratiquent l’embouche dans cette zone.

Ce projet est financé par Elevages sans frontières.