Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Praxis

Développement de l'aviculture rurale au Sénégal

Editeurs : AVSF
Auteurs : Soda Marème Sakho
Année : 2021

Adoption de la volaille de race améliorée dans les ménages du Ferlo

La filière avicole au Sénégal a connu un très fort développement depuis 2005, suite à la fermeture des frontières aux importations de volailles en raison de l’épizootie mondiale de grippe aviaire. La production nationale est ainsi passée de cinq millions de volailles en 2005 à près de 50 millions de têtes en 2018. Elle est pratiquée sous deux formes :
- une intensive avec un investissement assez élevé en matériel et intrants (notamment l’alimentation) ;
- une extensive et traditionnelle qui représente environ un tiers de la production nationale et constitue une activité génératrice de revenus importante pour les ménages ruraux notamment pour les femmes.

Au Ferlo, vaste territoire dédié à l’élevage extensif mobile, l’aviculture villageoise y est devenue de plus en plus répandue avec la sédentarisation croissante des ménages pastoraux. Cependant, ce mode d’élevage a une faible productivité et une faible rentabilité (faible capacité de ponte, poids ne dépassant pas 2,5kg pour les sujets adultes). A cela, s’ajoute un taux de mortalité élevé avec le manque d’abris qui expose les volailles à la prédation.

Pour apporter des solutions durables et efficaces à ces difficultés, AVSF à travers le « Projet de lutte contre la désertification par l’appui au pastoralisme (Projet Ega Egga) » a appuyé les familles vulnérables et les groupements de femmes du Ferlo à améliorer l’élevage avicole villageois, avec le double objectif d’augmenter le revenu et d’améliorer la sécurité alimentaire (consommation des oeufs et de la chair). Le projet a, entre autre, facilité l’accès à des coqs de race pour améliorer la productivité de la volaille locale.


En savoir plus

Adoption de la volaille de race améliorée dans les ménages du Ferlo

La filière avicole au Sénégal a connu un très fort développement depuis 2005, suite à la fermeture des frontières aux importations de volailles en raison de l’épizootie mondiale de grippe aviaire. La production nationale est ainsi passée de cinq millions de volailles en 2005 à près de 50 millions de têtes en 2018. Elle est pratiquée sous deux formes :
- une intensive avec un investissement assez élevé en matériel et intrants (notamment l’alimentation) ;
- une extensive et traditionnelle qui représente environ un tiers de la production nationale et constitue une activité génératrice de revenus importante pour les ménages ruraux notamment pour les femmes.

Au Ferlo, vaste territoire dédié à l’élevage extensif mobile, l’aviculture villageoise y est devenue de plus en plus répandue avec la sédentarisation croissante des ménages pastoraux. Cependant, ce mode d’élevage a une faible productivité et une faible rentabilité (faible capacité de ponte, poids ne dépassant pas 2,5kg pour les sujets adultes). A cela, s’ajoute un taux de mortalité élevé avec le manque d’abris qui expose les volailles à la prédation.

Pour apporter des solutions durables et efficaces à ces difficultés, AVSF à travers le « Projet de lutte contre la désertification par l’appui au pastoralisme (Projet Ega Egga) » a appuyé les familles vulnérables et les groupements de femmes du Ferlo à améliorer l’élevage avicole villageois, avec le double objectif d’augmenter le revenu et d’améliorer la sécurité alimentaire (consommation des oeufs et de la chair). Le projet a, entre autre, facilité l’accès à des coqs de race pour améliorer la productivité de la volaille locale.



Cacher