Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Praxis

Elevage et changement climatique : dépasser les idées reçues

Editeurs : AVSF
Auteurs : Larbodière Ludovic
Année : 2010

Elevage et changement climatique : dépasser les idées reçues

Ce texte positionne AVSF sur un thème brûlant d’actualité et de controverse. L’objet est de battre en brèche les idées reçues et d’illustrer la place originale qu’occupe l’élevage paysan dans les pays les moins avancés pour répondre aux enjeux d’atténuation et d’adaptation.


En savoir plus
Elevage et changement climatique : dépasser les idées reçues et reconnaître la place de l'élevage
Texte de réference AVSF

Ce nouveau texte de référence positionne AVSF sur un thème brûlant d'actualité et de controverse. L'objet est de battre en brèche les idées reçues et d'illustrer la place originale qu'occupe l'élevage paysan dans les pays les moins avancés pour répondre aux enjeux d'atténuation et d'adaptation.

S’il est vrai que les élevages paysans et pastoraux des pays pauvres contribuent à l’émission de gaz à effet de serre, ils représentent en effet une menace minime face au développement effréné des élevages industriels dans les pays développés et émergents. A l’inverse, l’élevage paysan peut jouer un rôle décisif pour améliorer la résilience des populations rurales face au changement climatique, tout en apportant de nombreuses externalités positives aux niveaux économique, social et environnemental. Les éleveurs avec leur connaissance ancestrale des milieux ont mis en place des systèmes de production, sélectionné des races et développé des pratiques dont certaines constituent déjà souvent une réponse pertinente au changement climatique.

La stigmatisation sans nuances dont l’élevage et la consommation de viande ont été l’objet, risque donc de déconsidérer un outil précieux et accessible face aux conséquences déjà visibles du changement climatique dans les pays du Sud. Un plaidoyer actif doit être mené dans ce sens pour réhabiliter un élevage moins émetteur et vecteur d’adaptation pour les populations vulnérables.

Cela suppose une concertation et des politiques adaptées au niveau local, national et international pour orienter la coopération (1) vers les besoins urgents guidés par les mutations climatiques en cours (ex : concertation sur l’accès aux ressources, protection de la biodiversité, diversification des exploitations, lutte contre les maladies animales…) et (2) vers des actions pilotes (ex : techniques économes en énergie, adaptation des rations alimentaires, développement de mécanismes de certification…) selon des processus fortement innovants associant plus fortement de nouveaux acteurs tels que la recherche ou le secteur privé.

La crise alimentaire, climatique et économique que nous traversons doit nous amener collectivement à nous interroger beaucoup plus fortement sur les moyens de développer à l’avenir des modèles de cultures et d'élevage plus respectueux de l’homme et de son environnement. Pour y parvenir, l’élevage paysan a encore beaucoup de choses à nous apprendre !



Cacher