Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Agroécologie dans le Nordeste au Brésil

Amélioration durable des conditions de vie des 1 200 agriculteurs/trices familiaux par la valorisation des activités agricoles (production agroécologique, produits transformés, apiculture, etc.) et la commercialisation associative locale

En partenariat avec l'ONG brésilienne AACC et le Réseau PARDAL

  • Agroécologie_NE_ Brésil (1).JPG
  • Agroécologie_NE_ Brésil (2).JPG
  • Agroécologie_NE_ Brésil (3).JPG
  • Agroécologie_NE_ Brésil (4).JPG
  • DSC_8523.JPG

Dans la région semi-aride du Nordeste Brésilien, les conditions de vie des agriculteurs familiaux sont difficiles, avec peu de perspectives de développement, et la pauvreté est généralisée. Les conditions naturelles (sécheresse et dégradation du milieu) expliquent en partie cette situation mais, par ailleurs, les produits de l’agriculture, vendus non transformés à des intermédiaires, à l’époque de la récolte, sont peu valorisés. Les fortes inégalités entre hommes et femmes et la non-reconnaissance du rôle de celles-ci dans l’économie familiale, limitent aussi les capacités de développement. L’absence d’assistance technique et d’initiatives de politiques publiques adaptées est un autre facteur limitant à tout changement.

Dans ce contexte, les principes et les pratiques de l’économie solidaire se révèlent être une alternative pertinente pour les agriculteurs familiaux et pour le tissu social en général. Le projet “Panier d’économie solidaire” visait ainsi à stimuler des initiatives pour mieux valoriser la production agricole locale (issue de l’agroécologie), et favoriser l’insertion sociale et l’égalité homme/femme.

L’appui d’AVSF et de ses partenaires CF8 (Centre Féministe du 8 mars), Réseau Xique-Xique et Réseau Pardal, passait par le renforcement de petites structures associatives rurales : coopératives, groupes d’agriculteurs, groupes de femmes ou « foires » agricoles par exemple. Les activités productives concernées étaient variées : notamment petit élevage, apiculture et horticulture, noix de cajou, plantes médicinales, selon les principes de l’agroécologie ; mais aussi et surtout transformation (pulpe de fruits, confitures et fruits confits…) ou commercialisation (boutiques du réseau Xique Xique).

Outre l’appui à la réalisation d’investissements pour la production, la transformation et la commercialisation, le projet organisait des formations et visites d’échange (gestion administrative ou aspects techniques : agroécologie, économie solidaire, certification sanitaire, gestion administrative et financière de coopérative, accès aux politiques publiques, …), et aidait à l’identification de produits et filières à valoriser. Il appuyait également la valorisation des savoirs locaux et la participation des femmes aux espaces de production/commercialisation et aux processus de décision. Toutes ces activités s’inscrivaient dans le cadre de « plans d’économie solidaire » déclinés pour chaque groupe bénéficiaire. Enfin, le projet a permis aux partenaires brésiliens, avec l’appui méthodologique d’AVSF, de mettre en œuvre un plaidoyer efficace pour une mise en œuvre effective dans l’Etat du Rio Grande do Norte du Fonds d’Economie Solidaire, tel que prévu dans la « Loi d’économie solidaire » votée depuis 2006, qui définit des instruments publics (label, fonds d’investissement) pour l’appui au développement de l’économie solidaire.

Ce projet a reçu l'appui de la Commission Européenne et de l'Agence Française de Développement et de la Fondation Air Liquide.

Découvrez une partie de ce projet grâce à cette vidéo