Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Formation des "Paysans Sans Terre" au Brésil

Amélioration de l'offre de formation des écoles d'agroécologie, à destination de 4 500 agriculteurs installés dans les périmètres de réforme agraire de l'État du Parana.

  • Agroécologie Parana (1).jpg
  • Agroécologie Parana (2).jpg
  • Agroécologie Parana (3).jpg
  • Agroécologie Parana (4).jpg
  • Agroécologie Parana (5).jpg
  • Agroécologie Parana (6).jpg
  • Agroécologie Parana (7).jpg
  • Agroécologie Parana (8).jpg
  • Agroécologie Parana (9).jpg
  • Agroécologie Parana (10).jpg

“Construire le futur de l’agriculture familiale sur des bases agroécologiques” : ce projet est né en 2008 de la volonté de trois partenaires : l’Association de Coopération Agricole et Réforme Agraire au Paraná (ACAP), l’AST-Br (Association des Amis des Sans-Terres, en Rhône-Alpes) et AVSF. Son but est de soutenir la diffusion de l’agroécologie dans le Paraná, un Etat du Sud du Brésil marqué par la prédominance de l’agriculture familiale.

Depuis 2011, le projet s’appuie sur des Centres de Formation issus de mouvements sociaux paysans, installés au coeur même du monde rural, dans les périmètres de réforme agraire : l’Ecole Latino-Américaine d’Agroécologie, dans l’assentamento (colonie de réforme agraire) Contestado, qui accueille une soixantaine d’élèves chaque année, et l’Ecole Milton Santos dans la municipalité de Maringá, dont la pratique pédagogique est devenue une référence pour l’éducation rurale.

Dans ces centres, des parcelles de démonstration permettent de former les agriculteurs en situation réelle, mais aussi de mener des recherches pour améliorer les pratiques d’agroécologie, d’agroforesterie, d’élevage, et développer des systèmes d’énergie renouvelable. Le projet contribue aussi à l’organisation des Journées de l’Agroécologie, qui permettent chaque année de réunir environ 5000 agriculteurs et agricultrices du Paraná pour des ateliers et rencontres autour d’un objectif : construire une Agriculture Paysanne Écologique, souveraine, basée sur une terre “sans OGM et sans pesticides”.

Enfin, il est important de sensibiliser le public étudiant brésilien en dehors du milieu agricole: des sessions d’information sur l’agroécologie, alternative durable pour le développement rural, sont organisées chaque année dans une douzaine de collèges et d’universités de l’Etat.

Dans tous les espaces investis, le nombre de participants et leur diversité montrent bien l’avancée de la diffusion des connaissances sur l’agroécologie. Des initiatives parallèles se développent au niveau des familles paysannes qui s’organisent de mieux en mieux pour produire des aliments sains, diversifiés, qui sont commercialisés dans les écoles ou distribués auprès des organisations caritatives.

Ce projet est soutenu par la Région Rhône Alpes.