Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Cacao et commerce équitable au Nicaragua

Soutien de 200 petits producteurs et leurs coopératives pour l'amélioration de la qualité et la commercialisation de leur cacao sur les marchés plus rémunérateurs biologiques et du commerce équitable.

En partenariat avec IPADE

  • Cacao_nicaragua (1).JPG
  • Cacao_nicaragua (2).JPG
  • Cacao_nicaragua (3).jpg

Au Nicaragua, la pauvreté rurale est particulièrement présente dans les régions de la facade Atlantique. Les systèmes de production mis en place par les petits paysans de cette région sont en crise pour de multiples raisons : monocultures intensives chaque fois plus dépendantes d’engrais chimiques, croissance démographique et pression sur les ressources naturelles, peu de terres disponibles, pratiques culturales non adaptées à un climat tropical humide, etc. Si leurs productions traditionnelles (céréales, haricots, tubercules) font bien l’objet d´une demande importante sur le marché interne, les prix obtenus ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production.

AVSF considère qu´il est nécessaire de promouvoir des changements productifs et commerciaux qui permettent aux paysans de sortir de ce cercle vicieux, en proposant des alternatives qui leur permettent de diversifier de façon durable leurs systèmes de production et revenus. Parmi celles-ci, se trouve la culture du cacao qui est une culture établie en systèmes agroforestiers, aux mains des petits producteurs. Elle apporte des bénéfices environnementaux et dispose d'une demande supérieure à l’offre actuel, et donc des prix intéressants.

Pour  faire face à cette situation, AVSF travaille en alliance avec l’Institut pour le Développement et la Démocratie (IPADE), pour que 200 familles paysannes puissent, au niveau local, s´insérer de façon plus efficace et équitable dans la filière du cacao, et, au niveau national, participer activement dans des espaces de concertation du secteur cacaotier.

Cette action est soutenue financièrement par l’Union Européenne et l’Agence Française de développement.