Pour que les hommes vivent
de la terre durablement

Résultats de la recherche


Nos projets concernant «Élevage et santé animale»


Publications concernant «Élevage et santé animale»

AVSF et Merial dressent le bilan de 3 ans de collaboration dans le sud-est du Cambodge

2016-09-20

Les équipes d’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières et de Merial ont collaboré depuis fin 2012, dans le cadre d’un programme sur trois ans, pour développer les productions animales et lutter contre les zoonoses dans six villages du sud-est cambodgien. Ce projet concret, axé sur la prévention et la formation, apporte des résultats probants.


Un projet au profit des éleveurs et de la santé publique, construit autour de valeurs communes
Outre leurs racines lyonnaises, AVSF et Merial partagent historiquement des engagements ambitieux :

la protection de l’homme et l’animal, en renforçant les capacités de prévention, de surveillance et de lutte contre les maladies à fort impact et contre les zoonoses, l’amélioration de la santé, du bien-être et des performances des animaux, la collaboration durable avec les autorités publiques, la reconnaissance et la valorisation de la pratique vétérinaire, une vision long terme du développement.

En réponse à l’insuffisance de la sécurité sanitaire, au faible taux de vaccination et de déparasitage du bétail, et à l’inadéquation de l’alimentation dans les élevages au Sud-Est du Cambodge, AVSF a construit un dispositif global visant à améliorer tant l’état sanitaire et la productivité du cheptel que la santé des villageois, créant ainsi les conditions d’un développement socio-économique dans cette zone rurale particulièrement déshéritée.
Ce projet s’appuie sur une expérience de plus de 20 ans d’AVSF au Cambodge et sur l’engagement à ses côtés de Merial, un leader mondial en santé animale et acteur majeur dans la lutte contre les grandes épizooties à l’échelle internationale.

Des résultats probants
105 éleveurs de six villages de la province de Prey Veng ont bénéficié de ce programme encadré par un vétérinaire de district et sept agents villageois de santé animale.
Des campagnes de vaccination et de déparasitage du bétail ont concerné les élevages de poulets, de porcs et de bovins. Les villageois ont été formés aux techniques d’élevage et sensibilisés à l’application de mesures de prévention et de biosécurité. Pour développer le partage de ces bonnes pratiques, une douzaine de visites d’échanges entre éleveurs a été organisée. Ces mesures ont permis d’améliorer durablement l’état sanitaire des élevages et de faire progresser les revenus de 350 familles :

baisse de 31 % du taux de morbidité et de 19 % du taux de mortalité des poulets, baisse du taux de morbidité des porcs et des bovins respectivement de 16 % et 14 %, augmentation des productions animales, avec en moyenne 4 porcs et 176 poulets de plus par ménage, et augmentation des revenus de 30 à 50 % selon le type d’élevage.

Les éleveurs ont par ailleurs été formés à des activités économiques majeures tels la commercialisation groupée des productions, le microcrédit, ou encore l’épargne.
Pour offrir aux villageois un accès durable aux produits nécessaires à leur activité, et pérenniser ces résultats, une boutique vétérinaire locale a été créée dans le cadre du projet.

Au coeur de la collaboration : la lutte contre les zoonoses
La télévision nationale cambodgienne a relayé la campagne de vaccination contre la rage, véritable fléau national, qui a permis de protéger plus de 2000 chiens dans le cadre du programme.
Le volet santé publique du projet a été salué par M. Tep Phearum, Gouverneur du district de Baphnom.
En 2016, AVSF et Merial Opérations Business France ont renouvelé une 4e année de collaboration pour consolider les acquis dans les six villages de la province de Prey Veng.

Découvrir la vidéo sur la santé animale et la santé publique au Cambodge

A propos d'Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières
Association française de solidarité internationale reconnue d’utilité publique, Agronomes et Vétérinaires Sans frontières (AVSF) soutient et accompagne depuis 1977 des communautés rurales et des organisations paysannes pour lesquelles l’activité agricole et d’élevage reste un élément fondamental de sécurisation alimentaire et de développement économique et social.
Contact presse : Christophe Lebel Tél. 01 43 94 73 48

A propos de Merial
Axé sur l’innovation, Merial est un leader mondial en santé animale, proposant une gamme complète de médicaments et de vaccins destinés à la prévention, la santé et le bien-être des animaux. Merial opère sur trois grands segments de marché : les animaux de compagnie, les animaux d’élevage et la santé publique vétérinaire. Ses produits ciblent plus de 200 maladies affectant un grand nombre d’espèces. Merial emploie 6 900 personnes et est présent dans plus de 150 pays dans le monde avec un chiffre d’affaires de plus de 2,5 milliards d’euros en 2015. Merial est une société Sanofi.
Pour plus d’informations, consultez www.merial.com @Merial @MerialFR
Contacts presse Communication Merial Business Opérations France :
Delphine Allarousse – 04 72 72 70 37
Fanny Girerd – 04 72 72 44 86

La sante animale de proximité : enjeu mondial pour les populations humaines et animales

2015-10-13

L’association « Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières » (AVSF) organise un séminaire du 20 au 22 octobre 2015 à l’amphithéâtre d’honneur du VetAgro Sup de Lyon sur les services de santé animale de proximité. L’occasion pour une cinquantaine de professionnels vétérinaires  du monde entier d’échanger leurs expériences pratiques et théoriques.

Les épidémies animales au cœur des préoccupations mondiales
Peste des petits ruminants, fièvre aphteuse, pseudopeste aviaire, … , les épidémies animales sont au cœur des préoccupations mondiales. En effet, « dans les pays en développement, les maladies animales constituent une menace directe pour la sécurité alimentaire, la nutrition et les revenus des communautés rurales tributaires de l’élevage », souligne le docteur Stefano Mason, expert vétérinaire chez AVSF.

C’est pourquoi sur l’ensemble des territoires, y compris dans les zones reculées, auprès des populations les plus isolées, il est indispensable de mettre en place un système pérenne de santé animale de proximité.

AVSF, à l’instar des grandes organisations internationales comme l’OIE, reconnait et promeut le rôle des para-professionnels vétérinaires et des auxiliaires de santé animale dans la maitrise des grandes pandémies animales et zoonotiques.

Une cinquantaine d’experts vétérinaires réunis à Lyon
Venue des continents africains, latino-américains et asiatiques, une cinquantaine de spécialistes vétérinaires et zootechniques d’AVSF et du réseau « Vétérinaires Sans Frontières International » vont échanger sur leurs expériences avec les experts de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de France Vétérinaire International (FVI).

« Nous sommes très heureux de réunir à Lyon nos collègues vétérinaires et zootechniciens du monde entier. C’est l’occasion de croiser nos expériences pratiques et de rappeler l’importance d’un système de santé animale de proximité pour les populations d’éleveurs les plus fragiles. » rappelle Carline Mainenti, Responsable plaidoyer chez AVSF et Présidente du réseau Vétérinaires Sans Frontières International.

Séminaire  « les services de santé animale de proximité : un enjeu mondial pour le développement des populations humaines et animales »
Du 20 au 22 octobre 2015
Ecole VetAgroSup
Amphithéâtre d’honneur
1 avenue Bourgelat 69280 Marcy l'Etoile
Programme complet

Contact presse : Christophe LEBEL / c.lebel@avsf.org / 01 43 94 73 48

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières
Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) est une association lyonnaise de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne. Avec l'agriculture paysanne défendue par AVSF, des familles ne souffrent plus de la faim, des paysans vivent de leur terre et de leurs troupeaux, des communautés préservent l'environnement, des organisations nourrissent les peuples et défendent leurs droits. AVSF est membre de Vétérinaires Sans Frontières International.

Vétérinaires Sans Frontières International
Actifs dans plus de 30 pays en Afrique, en Amérique Latine et en Asie, les membres du réseau « Vétérinaires Sans Frontières International » agissent pour consolider l’élevage et l’agriculture familiale, au service des populations pastorales et rurales les plus démunies. Ils œuvrent pour une relation saine et durable entre Hommes, animaux et environnement. Ils consolident les services vétérinaires et interviennent pour améliorer le bien-être et la résilience des populations, afin de promouvoir la sécurité et la souveraineté alimentaires.

La coopération française soutient la première filière de cachemire durable en Mongolie

2015-02-05

Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI), le ministère de l’Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF) et l’association Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) s’unissent pour mettre en œuvre le projet : " Lier l'amélioration des pratiques d'élevage nomade à la production d'un cachemire durable dans le désert de Gobi, en Mongolie", avec le soutien financier du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM).

Du cachemire durable pour protéger un environnement dégradé
Dans la région de Bayankhongor, aux frontières du désert de Gobi, l’augmentation des troupeaux et le surpâturage conduisent progressivement à la dégradation d'un environnement riche et fragile. L'objectif principal du projet est de lutter contre cette dégradation en développant la première filière de cachemire durable grâce à l'amélioration des capacités des éleveurs à mieux gérer les ressources pastorales et à l'aménagement de points d’eau pour une meilleure répartition des troupeaux.

Un projet qui concilie préservation de l’environnement et développement
Cette initiative cofinancée par le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) à hauteur de 1 200 000 €  sera mise en œuvre par l'association de solidarité internationale Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) en partenariat avec des coopératives d’éleveurs mongoles de chèvres.

« Autrefois produit de luxe, le cachemire est aujourd’hui à la portée de toutes les bourses. Sa démocratisation ne va pas sans causer de dégâts dans les zones d’Asie où il est produit et où des siècles d’histoire et d’héritage sont aujourd’hui menacés par l'engouement pour cette fibre ultra fine. Mais il est encore temps de réagir en soutenant le développement d'une filière de cachemire durable » explique Frédéric APOLLIN, directeur d’AVSF.

Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, souligne que « ce projet contribue de par son caractère exemplaire à diffuser l'agro-écologie car il permettra de concilier performance économique, sociale et environnementale au profit du développement des populations locales. Ce projet prolonge les coopérations déjà importantes entre la France et la Mongolie sur les questions d’élevage et de sécurité alimentaire».

Annick GIRARDIN, Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie, se félicite de « la mise en place d’un projet innovant qui contribue au développement économique et social des territoires ruraux en Mongolie et à la conservation de leur capital naturel ».

Cette action de coopération d’un montant total de 3 600 000 € illustre parfaitement les priorités de la France  dans les pays partenaires et son soutien à l’agriculture familiale à travers l’aide publique française.

Plus d’informations sur ce projet

Contacts presse :

FFEM : Valérie FAKIR / fakirv@afd.fr / 01 53 44 39 41 MAEDI : Michel PRE / michel.pre@diplomatie.gouv.fr / 01 43 17 57 36 MAAF :  ministere.presse@agriculture.gouv.fr / 01 49 55 60 11 AVSF : Christophe LEBEL / c.lebel@avsf.org / 01 43 94 73 48

La création d’un environnement propice au développement durable du pastoralisme au Mali

2014-04-23

Colloque National sur
«La création d’un environnement propice au développement durable du pastoralisme au Mali »

La “Déclaration de Nouakchott”, adoptée par les chefs d’Etats et de gouvernements des six pays sahélo-sahariens (Burkina Faso, Mali Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad) dont le Mali et, issue du forum de haut niveau sur le pastoralisme, qui s’est tenu en octobre 2013 a fixé pour objectif de «sécuriser le mode d’existence et les moyens de production des populations pastorales et accroître le produit brut des activités d’élevage d’au moins 30% dans les six pays sahéliens au cours des cinq prochaines années, en vue d’augmenter significativement les revenus des pasteurs dans un horizon de 5 à 10 ans».


Répondant à cet appel, les organisations de la société civile pastorale du Mali, sous le patronage du Ministère du Développement Rural et, avec le soutien des partenaires techniques et financiers, ont organisé un colloque national sur le pastoralisme du 16 au 17 Avril 2014, à Bamako.
Une centaine de participants représentants des pasteurs, le secteur privé, l’administration et les services techniques, les collectivités, la recherche et les partenaires techniques et financiers, venus de toutes les régions du pays y ont pris part. Ensemble, ils ont contribué à évaluer les acquis et réalisations mais aussi, à identifier les enjeux qui subsistent pour atteindre les ambitions contenues dans la Déclaration de Nouakchott.


Ils ont ainsi rappelé l’importance du pastoralisme pour le Mali et ses potentialités à travers : (i) son cheptel, (ii) ses ressources naturelles, (iii) son savoir-faire ancestral. Autant d’atouts qui font qu’aujourd’hui le pastoralisme est un levier de croissance et de développement économique pour les territoires qu’il anime et structure ; un puissant instrument de lutte contre la pauvreté ; un facteur de sécurité alimentaire et nutritionnelle ; et le socle de la stabilité et de la paix.


Cependant, les participants ont tenu à souligner que les populations pastorales ont été durement éprouvées par la récente crise de sécurité et, structurellement par, la récurrence des évènements climatiques extrêmes qui érodent leurs moyens d’existence et, fragilisent donc leurs capacités d’adaptation face aux chocs. Cette année encore ces menaces subsistent avec acuité.
En effet, malgré l’apport considérable du secteur, les populations pastorales ont faiblement bénéficié des politiques nationales et régionales de développement, alors que leurs besoins en infrastructures, en services de production (appui conseil, services vétérinaires, crédit, intrants zootechniques), en services de base (santé, éducation, eau potable) et en sécurité sont très loin d’être couverts. De plus, les politiques publiques, y compris celles de la décentralisation, ont rarement pris en compte les spécificités de ces populations, de sorte que leur inclusion politique demeure en grande partie à réaliser.

Or, dans un contexte de croissance démographique et urbaine, la demande forte en produits d’origine animale constitue une opportunité économique et offre un cadre favorable à la concrétisation de l’objectif de Nouakchott. Cependant, compte tenu de la compétition croissante autour des ressources naturelles, il est nécessaire d’oeuvrer à l’amélioration de la compétitivité des filières, au renforcement des services de production et au renforcement de la sécurité des biens, droits et moyens d’existence des peuples pasteurs, à l’accès aux services de base et à leur inclusion politique. Pour se faire les participants recommandent d’articuler un plan d’action prioritaire autour des axes d’intervention suivants :

Définir une nouvelle Politique Nationale d’Elevage, accompagner sa mise en oeuvre par la définition des stratégies adaptées pour le pastoralisme dans le cadre de la PDA / PNISA ; Assurer l’application effective des textes législatifs et réglementaires essentiels au pastoralisme, leur diffusion et, procéder à une relecture prioritaire de ceux liés à la commercialisation du bétail (y accords bilatéraux), à la sécurisation de l’espace et des autres ressources pastorales et, poursuivre l’actualisation de la législation vétérinaire ; Garantir la prise en compte de dispositions pour l’accès et l’utilisation communautaire des ressources pastorales dans la nouvelle politique foncière Agricole et, s’engager pour sécuriser la mobilité par l’identification et l’immatriculation des espaces pastoraux ; Adapter l’accès aux services sociaux de base de santé et d’éducation à la mobilité des communautés pastorales ;

1. Le renforcement des services à la production :

Assurer la couverture sanitaire dans les zones pastorales à travers la mise en place de mesures incitatives pour l'installation et la mobilité des vétérinaires ; Assurer la disponibilité des intrants vétérinaires de qualité sur l’ensemble du territoire ; Faire l'état des lieux de l’hydraulique pastorale pour améliorer le maillage en points d'eau ; Opérationnaliser et rendre accessible le Fonds National d’Appui à l’Agriculture pour le secteur de l’élevage ; Créer des fonds de garantie et d'assurance aux pasteurs auprès des institutions financières ;

2. L’amélioration de la compétitivité des filières :

Soutenir la mise en place d’une interprofession ; Garantir sur le marché, comme espace public, l’accès de toutes les parties à l’information pour faire respecter la concurrence et l’équité dans les transactions avec l’implication effective des pasteurs dans la gestion des marchés ; Rapprocher les équipements productifs (parc de vaccination, marché à bétail, aire d’abattage, points d’eau pastoraux) des zones de production pour accroître le volume des transactions sur le territoire national ;

3. La sécurité des biens, droits et moyens d’existence des peuples pasteurs, à l’accès aux services de base et à leur inclusion politique :

Mettre en place une base de données SAP exploitable par tous les acteurs gérée par la commission communale SAP avec l'appui des services techniques et la participation effective des pasteurs; Promouvoir des schémas et des plans d’aménagement communaux dans le cadre d'une vision régionale avec la mise en place des conventions locales ; Fait à Bamako le 17 Avril 2014

AVSF au Parlement Européen pour soutenir l'élevage paysan

2013-09-16

Après deux ans de campagne en France, Belgique, Italie et République Tchèque sur le rôle crucial des éleveurs paysans face au changement climatique, AVSF et ses partenaires du réseau VSF Europe organisent une conférence au Parlement Européen afin que l’élevage paysan soit considéré comme secteur prioritaire dans les politiques de l’Union Européenne avec les pays en développement.


En présence de Maryam Rahmanian, vice-présidente du HLPE (Groupe d’experts de haut niveau de la FAO) de Michèle Striffler, Bart Staes et Thijs Berman, membres de la Commission Parlementaire pour le Développement.

Alors que l’élevage est de plus en plus stigmatisé comme l’un des responsables du changement climatique, cette conférence permettra de questionner cette perception, dans le contexte particulier des pays en développement.
Non, tous les élevages du monde ne doivent pas être montrés du doigt !

Les élevages paysans au Sud jouent un rôle fondamental dans la sécurité alimentaire des pays pauvres.
Ils sont porteurs d’innovation sur la question de la diminution des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation des populations les plus vulnérables au changement climatique,
dont elles sont les premières victimes.
Grâce à leurs savoirs et pratiques traditionnelles, les éleveurs transhumants optimisent par exemple l’usage des sols en zones sèches et des pâturages, qui stockent plus de 30% du carbone des sols.

AVSF et ses partenaires du réseau VSF Europa demanderont aux Parlementaires d’oeuvrer pour une aide au développement réaffirmée, en faveur de programmes qui renforcent la résilience des éleveurs paysans face au changement climatique, et leur rôle fondamental dans la sécurité alimentaire des populations qui comptent parmi les plus vulnérables de la planète.

> 17 septembre : conférence au Parlement Européen avec les spécialistes et les euros-députés.
> 18 septembre, « lunch Conference » à l’Info Point de la Commission Européenne.

Plus d’information sur cette campagne sur smallscalefarming.org
Signer la pétition en ligne

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse :
Agence RendezVous RP
Stéphanie Gentilhomme
01 45 41 19 37 /  06 84 61 62 68

Les paysans du Monde peuvent nourrir les villes

2013-09-10

AVSF, association de solidarité internationale, agit depuis 1977 pour soutenir l’agriculture paysanne, sera présente à SPACE, le 2e salon mondial consacré aux productions animales, via la tenue d’un stand et l’organisation d’une conférence-table ronde.

Détails pratiques de la conférence :
« Les paysans du monde peuvent nourrir les villes » :
Intérêt des circuits courts en Bretagne, Afrique et Amérique latine
Les circuits courts, des filières efficaces pour nourrir les villes !
Le 13 septembre de 14h30 à 16h30, salle D de l’Espace Administration

Les circuits courts trouvent un écho aussi favorable au Nord qu’au Sud, en raison de leurs avantages indéniables: la relation directe entre producteur et consommateur favorise la traçabilité, le maintien des emplois en milieu rural, et une rémunération plus juste pour des produits de qualité ; elle permet aussi l’amélioration de la reconnaissance sociale de certaines populations, dont les femmes.
Cette conférence permettra d’aborder la question des circuits courts sous des angles complémentaires, y compris à travers des exemples concrets.

Les intervenants :

Bernadette Loisel, Chambre d’Agriculture d’Ille et Vilaine, responsable “Nouveaux marchés”, sur le thème des différentes formes de circuits courts en Bretagne ; Stefano Mason, médecin vétérinaire chez AVSF, spécialiste de la coopération au développement, sur les expériences de mises en marché de produits animaux en Afrique de l’Ouest ; Yves Roger-Machart, agronome de la délégation AVSF Bretagne, ex-chercheur INRA, sur les Marchés paysans et les circuits courts pour les produits alimentaires en Amérique Latine.

Les exemples d’Afrique de l’Ouest :
Filière Lait (Sénégal) : création d’une coopérative laitière qui permet d’alimenter en lait frais et produits transformés des populations n’y ayant pas accès auparavant.
Bétail (Nord Mali) : organisation d’un marché à bétail sur la base du troc entre pasteurs nomades et commerçants algériens (échanges estimés à 1,8 million d’euros dans la 2ème année de fonctionnement)
Vente directe de viande (Togo) par des groupement de femmes éleveuses de porcs, traditionnellement privées de la commercialisation de leur travail.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse :
Agence RendezVous RP
Stéphanie Gentilhomme
01 45 41 19 37 /  06 84 61 62 68

MEaT2BOMB : concours de graffs solidaires

2013-04-17

Le collectif d’associations « VSF Europa » organise mercredi 17 avril 2013 « MEaT2BOMB » : un concours international de graffs avec 40 graffeurs dans 4 villes européennes le même jour. En France, c’est la place des Terreaux à Lyon qui se prêtera à la battle de graffs de 10h à 18h. A l’occasion de la Journée Mondiale des Luttes Paysannes, cet  évènement unique de street-art aura lieu en simultané en France, en Italie, en Belgique et en République Tchèque.
A travers cet évènement, VSF Europa sensibilisera le public sur l’importance de l’élevage paysan et leur rôle crucial dans la lutte contre la pauvreté et le changement climatique.

Deux prix pour récompenser le graff le plus engagé
A 18h, après environ 8 heures de travail en live, tous les graffs, pris en photo, seront notés par  un jury international indépendant. Dans la foulée, l’annonce du gagnant sera faite simultanément dans les 4 villes sur www.smallscalefarming.org pour récompenser le graff le plus engagé. Le gagnant de ce prix aura l’opportunité de réaliser une nouvelle performance artistique au Parlement Européen le 17 septembre 2013 à Bruxelles, afin de présenter aux parlementaires le résultat d’une campagne de sensibilisation en faveur de l’élevage paysan face au changement climatique. Un prix du public sera aussi décerné, en votant pendant un mois sur  www.smallscalefarming.org.

« MEaT2BOMB » est organisé en France par AVSF
AVSF est membre en France du collectif VSF Europa. AVSF - Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières est une association de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne. www.avsf.org

« MEaT2BOMB » a lieu grâce au concours de LyonBombing
LyonBombing est un collectif de graffeurs professionnels fondé en 2008. Cette société, spécialisée dans le domaine de la décoration, l’évènementiel et la communication est située à Lyon. www.lyonbombing.com

Contact presse : Christophe LEBEL, chargé de communication AVSF - 01 43 94 73 48

Produire et manger sainement : AVSF vous invite à des rencontres d’éleveurs Français et Africains

2012-10-04

Du 13 au 17 octobre, AVSF vous invite à des rencontres internationales entre des éleveurs français et africains. L’occasion de partager des expériences pour produire et manger plus sainement.

5 rencontres internationales entre paysans Français et Africains
AVSF accueille en France du 13 au 17 octobre 2012 des éleveurs du Mali et du Niger. Leur visite en France permet rencontres et échanges avec des petits éleveurs français sur les problèmes liés au changement climatique qui les frappe : impacts sur la gestion des élevages, solutions d’adaptation, etc.
5 dates à retenir

- Le 13 octobre à la ferme de Gérard Fournier-Bidoz à Serraval - Haute Savoie - Le 14 octobre après-midi au GAEC de Sainte Luce le matin et à la ferme d’Etienne Mary à la Salette - Isère - Le 15 octobre matin à la ferme d’Eric Palisse à St Barthélémy le Plain à la ferme du GAEC des Sampeyroux à Glun l’après-midi - Ardèche - Le 16 octobre matin à la ferme du GAEC du Pis vert à Pomeys et l’après-midi à la ferme de Geneviève et Michel Fayolle à Larajasse - Rhône - Le 17 octobre après-midi dans une ferme à St-André-la-Côté - Rhône

De plus, des conférences seront proposées sur le rôle des éleveurs et des consommateurs
face au changement climatique :
- A valence, au Lycée agricole « Le Valentin » le 15 octobre à 20h
- A Marcy l’étoile, à l’école vétérinaire Vetagrosup le 17 octobre à 17h15

Un réseau européen au service d'une cause mondiale
Ces rencontres s’inscrivent dans un projet européen d’éducation au développement mené par AVSF sur « l’élevage paysan et le changement climatique », grâce au partenariat de la Commission Européenne, l’AFD et la Région Rhône-Alpes. Ces rencontrent se font avec le concours de l’AFDI et le Résagri de la Chambre régionale d'agriculture Rhône Alpes.
Pour suivre ce projet : www.smallscalefarming.org

Contact presse
Christophe LEBEL // 01 43 94 73 48

AVSF au SPACE 2012

2012-09-04

AVSF - Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières – vous invite au Salon international de l’élevage – le SPACE de Rennes, du 13 au 16 septembre 2012, parce que l’élevage est une ressource essentielle pour nourrir la planète.

Défendre l’agriculture paysanne et le petit élevage
AVSF et sa délégation régionale en Bretagne seront présents sur le SPACE de Rennes, du 13 au 16 septembre 2012, pour vous présenter ses projets et les raisons pour lesquelles l’association défend l’agriculture paysanne et le petit élevage. Une expérience de 35 ans auprès des populations paysannes des pays en développement lui permet de témoigner de leur situation, des difficultés auxquelles elles sont confrontées mais aussi des avancées
concrètes dans ce domaine.
René Bleuzen, ancien éleveur en Bretagne, engagé bénévolement comme délégué régional d’AVSF en Bretagne, vous accueillera et vous renseignera sur les projets de terrain.

L’élevage indispensable à la Terre
Selon les estimations de l’évolution démographique, les besoins en protéines animales de la planète augmenteront de 50 % d’ici à 2050. Dans les zones rurales défavorisées, l'animal d'élevage représente une source irremplaçable d'alimentation. Il est aussi utilisé comme animal de trait, pour son cuir, sa laine, sa fumure, sa viande, son lait. Il représente donc un capital crucial pour les familles paysannes.
Parce que l’élevage est essentiel au quotidien de ces familles rurales, AVSF intervient dans ce domaine, au travers de plusieurs axes :

- le développement de l'élevage et la santé animale, - la valorisation économique des produits de l’élevage et de l’agriculture, - la préservation et la gestion durable des ressources naturelles, - l’adaptation des éleveurs et des paysans aux changements climatiques, - le plaidoyer au Sud et au Nord.

Contact presse
Christophe LEBEL // 01 43 94 73 48

AVSF vous invite à un happening Vachement chaud !

2012-04-10

Pour dénoncer le réchauffement climatique sur les petits éleveurs, AVSF vous invite pour un happening « Vachement chaud » mardi 17 avril 2012 à 18h place des Terreaux à Lyon. Au programme : une Supervache, une performance d'artiste, une grande fresque en temps réel, du théâtre de rue, ...

Les paysans : premières victimes du changement climatique
Le collectif VSF Europa lance une campagne européenne sur le petit élevage face au réchauffement climatique. Du 15 au 22 avril 2012, de nombreuses manifestations seront organisées un peu partout en Europe : France, Belgique, Italie et République tchèque. En France, le rendez-vous est donné à l’occasion de la journée mondiale
des luttes paysannes le 17 avril à Lyon, place des Terreaux, à 18h.

Ne pas confondre [petits] éleveurs et [gros] pollueurs
Selon le rapport mondial 2011 sur l'élevage de la FAO, 120 millions de personnes dépendent de leur bétail pour assurer leur sécurité alimentaire. A l'opposé d'une agriculture intensive, des centaines de millions de petits producteurs dans le monde luttent contre le réchauffement climatique et en sont de fait les premières victimes.

La principale cause du changement climatique est l'émission de gaz à effet de serre.
Hors, l'activité d’élevage dans son ensemble représente 18 % de ces émissions de gaz. Pourtant, la contribution des petits élevages ne doit pas être confondue avec celle des élevages intensifs, grands consommateurs d’énergie fossiles.
Un réseau européen au service d'une cause mondiale AVSF appartient au collectif VSF Europa qui soutient le petit l'élevage pour faire face au changement climatique, et permet aussi de lutter contre la pauvreté et la malnutrition. VSF Europa lance ce 17 avril le coup d'envoi d'une campagne internationale qui se prolongera jusqu'en 2013.
Pour suivre cette campagne : www.smallscalefarming.org

Contact presse : Katia Roesch // 06 44 09 12 49