Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Résultats de la recherche


Pages contenant «Commerce équitable»
Réseaux

Nos métiers

Mission

Entreprises et fondations

Filières équitables


Nos projets concernant «Commerce équitable»


Publications concernant «Commerce équitable»

Programme ÉQUITÉ Afrique de l’Ouest : une seconde phase pour changer l’échelle des impacts économiques du commerce équitable et accélérer la transition agroécologique

2019-09-13

Nogent-sur-Marne, le 13 septembre 2019

Cette deuxième phase vise à renforcer les filières de commerce équitable sur la zone pour diminuer la pauvreté et améliorer la résilience des petits producteurs face au changement climatique.

Une nouvelle étape qui doit permettre de déployer les résultats prometteurs des 3 premières années : les prix stables et rémunérateurs du commerce équitable sont des facteurs d’accélération de la transition écologique et sociale des filières cacao, karité, anacarde et fruits, dans la région.

Des résultats prometteurs alliant réduction de la pauvreté et protection de la biodiversité

Augmentation de plus de 300% des  ventes de karité, fruits et cacao certifiées bio et équitables en 2 ans, réduction  de 50% des quantités de bois chauffe consommées par les unités de transformation des coopératives de karité et anacarde,  augmentation de 39% du revenu des transformatrices maliennes, etc. : voici quelques-uns des résultats prometteurs de la première phase du programme ÉQUITÉ mise en œuvre entre 2016 et 2019.  

Afin d’accélérer la transition écologique et sociale dans la sous-région, l’AFD a décidé de booster le commerce équitable en Afrique de l’Ouest en finançant une seconde phase du programme pour un montant de 7,8 millions d’euros pour une durée de 4 ans dans 6 pays : Côte d’Ivoire, Burkina-Faso, Mali, Ghana, Togo et Bénin.

Le Programme ÉQUITÉ - Afrique de l’Ouest s’articule autour d’une stratégie innovante qui allie :

1. Le financement en direct des projets de développement économique durable des coopératives de petits producteur·rice·s de commerce équitable
2. Un renforcement de l’influence des plateformes nationales de commerce équitable et des labels
3. La dynamisation du marché du commerce équitable pour garantir des débouchés rémunérateurs aux producteur·rice·s
4. Des connexions fortes avec le monde de la recherche pour répondre aux défis de la transition agroécologique, mesurer les impacts et diffuser les innovations

Pour Marc Dufumier, agronome et président de Commerce Équitable France : « Les innovations agroécologiques déployées dans le cadre du programme ÉQUITÉ témoignent de la capacité réelle des paysan·nes et de leurs organisations à identifier les défis environnementaux auxquels ils font face - et les solutions adaptées à mettre en œuvre pour y répondre : installation de parcelles agro-forestières, conversion vers l’agriculture biologique, fertilisation organique des cacaoyères, etc. »

Une phase 2 pour accélérer la transition écologique en Afrique de l’Ouest avec le commerce équitable

Les producteur·rice·s, et notamment celles et ceux d’Afrique de l’Ouest, sont parmi les plus pauvres de la planète et ils subissent de plein fouet les conséquences des changements climatiques. Le commerce équitable constitue une opportunité d’améliorer leurs revenus, de créer des emplois  et de diminuer la pauvreté dans les territoires ruraux.

Les prix rémunérateurs du commerce équitable constituent des éléments puissants pour accélérer la transition agroécologique : ils permettent aux producteur·rice·s et à leurs coopératives d’investir dans des modes de production plus résilients et moins émetteurs de gaz à effets de serre.

La seconde phase du programme ÉQUITÉ - Afrique de l’Ouest a pour ambition de changer l’échelle des impacts du commerce équitable et d’accélérer la transition agroécologique en Afrique de l’ouest. « Nous nous réjouissons que l’AFD identifie le commerce équitable comme un outil efficace d’atteinte des Objectifs de Développement Durable en Afrique de l’Ouest. Les projets agroécologiques des coopératives soutenues lors de la 1ere phase nécessitent désormais d’être portés à l’échelle. Ces innovations méritent également d’être largement diffusées pour accélérer la transition agroécologique, notamment au sein de la filière cacao en Côte d’Ivoire. »  déclare Frédéric Apollin, Directeur général d’AVSF, co-maîtrise d’ouvrage du programme.

Parmi les nouveautés de cette seconde phase :

- un fonds pilote pour la transition agroforestière des coopératives de cacao en Côte d’Ivoire
- un accès facilité des coopératives ouest-africaines aux  financements bancairesun appui stratégique à l’émancipation économique des femmes
- le déploiement de technologies innovantes permettant aux coopératives de petits producteur·rice·s de renforcer la traçabilité de leurs produits et de lutter contre la déforestation
- une montée en puissance des synergies entre commerce équitable et agriculture biologique

« Cette seconde phase de projet va également permettre aux producteur·rice·s ouest-africains de mieux faire entendre leurs voix auprès des autorités nationales et de défendre une organisation des filières agricoles plus respectueuse de l’environnement et de la justice sociale à travers la consolidation de plateformes nationales de commerce équitable, essentielles à la construction de politiques publiques concertées et durables au Sud. » précise Julie Stoll, Déléguée générale de Commerce Équitable France.

A Madagascar, des productions équitables pour des territoires durables

2016-09-01

A l’occasion du forum mondial Convergences, AVSF vous invite à découvrir la réussite d’une coopérative agricole Malgache qui lutte pour l’indépendance de ses petits producteurs et vous donne rendez-vous sur son stand les 5 et 6 septembre au Palais Brongniart.

Une réussite économique pour les petits producteurs…
Sur l’île de Madagascar, une grande partie des ressources agricoles reste contrôlée par une poignée de collecteurs/exportateurs qui impose ses règles. Les petits paysans deviennent de simples fournisseurs de matière première. Tributaires d’un prix de vente bien souvent à leur désavantage, ils ne peuvent pas investir dans la qualité et en vivre dignement.

C’est pourquoi plusieurs producteurs se sont unis en coopérative en 2009 avec l’aide de l’ONG Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF). La coopérative FANOHANA - « Ensemble » en Malgache - organise désormais des filières équitables et exporte, en toute indépendance, des produits de qualité. En 2016, la coopérative regroupe déjà 761 producteurs, et compte intégrer de nouveaux producteurs à horizon 2017-2018.

… et leur environnement !
La Coopérative Fanohana est aussi un acteur local du développement communautaire,
grâce à l’utilisation des primes du commerce équitable. Une nette amélioration des conditions de vie des familles de producteurs a été observée. « Concernant l’habitat par exemple, la toiture en paille a été remplacée par des tôles, et près de 75 % des ménages disposent désormais d’un peu d’éclairage grâce à l’installation de petits panneaux solaires » témoigne Serge MAROHAVANA, directeur technique de la coopérative.

Ces trois dernières années, les primes du commerce équitable ont également permis de réaliser des investissements collectifs majeurs : scolarisation de 150 enfants défavorisés et la prise en charge des salaires des 10 maîtres, aménagement d’une cuisine pour un centre de santé de base ; réhabilitation d’une piste  rurale et construction d’un pont de 13 m ; etc.

Contact presse : Christophe LEBEL / c.lebel@avsf.org / 01 43 94 73 48

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières
Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) est une association lyonnaise de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne. Avec l'agriculture paysanne défendue par AVSF, des familles ne souffrent plus de la faim, des paysans vivent de leur terre et de leurs troupeaux, des communautés préservent l'environnement, des organisations nourrissent les peuples et défendent leurs droits. AVSF est membre de Vétérinaires Sans Frontières International.

Commerce équitable et agro-écologie : lancement d’un projet novateur en Afrique de l’Ouest

2016-05-03

Le projet EQUITE d’appui au développement du commerce équitable en Afrique de l’Ouest est officiellement lancé le 19 avril à Abidjan (Côte d’Ivoire). Ce projet novateur de 3,9 millions d’euros financé par l’Agence Française de Développement (AFD) et le Fond Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) permettra d’appuyer des organisations de producteurs du commerce équitable dans 5 pays d’Afrique de l’Ouest. Il vise à soutenir les filières du commerce équitable à travers des approches innovantes fondées sur le commerce équitable, la préservation de la biodiversité et des pratiques agro-écologiques.

Le commerce équitable au cœur d’un projet alliant réduction de la pauvreté et protection de la biodiversité
Ce projet d’une durée de 3 ans, dont la Plate-Forme pour le Commerce Equitable (PFCE) assure la maîtrise d’ouvrage,  appuiera les organisations de producteurs travaillant en relation avec différents labels de commerce équitable : Fairtrade Max Havelaar, Ecocert Equitable, WFTO.

Pour Marc Dufumier, agronome et président de la PFCE : « Il s’agit, à travers ce projet, de proposer le commerce équitable comme un outil  de résilience écologique, qui permet à travers des filières plus rémunératrices et le versement d’une prime de développement, de développer des pratiques agro-écologiques et de préserver la biodiversité. Le mouvement du commerce équitable s’empare de ces enjeux pour promouvoir des modèles agricoles et alimentaires résilients, qui bénéficient à tous. »

Renforcer les organisations et promouvoir l'agro-écologie
Une facilité financière permettra d’appuyer des projets menés par les organisations de producteurs ou d’artisans du Mali, Ghana, Togo, Burkina Faso et Côte d’Ivoire, engagées sur différentes filières : cacao, karité, fruits, noix de cajou et artisanat, mais aussi fonio, sésame ou moringa.

Près de 20 projets seront ainsi financés qui contribueront au renforcement des capacités techniques, organisationnelles, et commerciales des organisations, et à la promotion de l’agro-écologie et la protection de la biodiversité.

Ce projet sera mis en œuvre par Fairtrade Africa - West Africa Network (FTA-WAN) et Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF), ONG française de coopération technique au développement rural, chef de file du consortium. Pour Frédéric Apollin, directeur d’AVSF : «Depuis 35 ans, nous accompagnons des organisations de producteurs devenues incontournables sur les filières d'export de produits biologiques et agro-écologiques dans de nombreuses régions du monde. De plus en plus présentes sur les marchés du commerce équitable, les organisations africaines ont un fort potentiel pour des agricultures agro-écologiques performantes au bénéfice tant des familles paysannes que des économies nationales.»

Le projet contribuera finalement à renforcer ou faire émerger des plateformes nationales de commerce équitable et des réseaux de représentation des organisations dans les cinq pays concernés. Pour Fortin Bley, président du FTA-WAN : « Ce projet devrait permettre de créer une véritable dynamique autour du commerce équitable en Afrique de l’Ouest et de renforcer sur le plan institutionnel des organisations de producteurs encore émergentes dans la région. C’est une réelle opportunité pour  faire entendre la voix  des organisations de producteurs ouest-africaines   ! ».

CONTACTS PRESSE : PFCE : Emilie DUROCHAT - durochat@commercequitable.org  – 01 43 94 72 13 et AVSF : Christophe LEBEL  - c.lebel@avsf.org -  01 43 94 73 48

Les coopératives paysannes du Pérou et de la Bolivie : des réussites d'une économie sociale et solidaire !

2014-01-20

AVSF se réjouit qu’à l’occasion du déplacement officiel que réalise le Ministre Benoit HAMON au Pérou et en Bolivie du 19 au 23 janvier 2014,  il ait prévu de visiter les coopératives  FECAFEB, CEPICAFE et APROMALPI de petits producteurs de café, cacao et mangues, impliquées dans les filières du commerce équitable et dont AVSF a soutenu la création ou la consolidation au cours des 30 dernières années. 

Des entreprises paysannes performantes

Jusqu'au début des années 2000, la filière café de Bolivie, contrôlée par des exportateurs privés plus préoccupés de volume que de qualité, a souffert d'une très mauvaise image sur le marché international, avec pour conséquence la décote de prix la plus importante d'Amérique latine. Les petits producteurs de café de Bolivie étaient parmi les plus pauvres du continent. Dès 1993, AVSF a soutenu les coopératives existantes et le renforcement de leur Fédération nationale FECAFEB, en apportant un soutien technique à l’amélioration de la qualité, la mise en œuvre de  certifications biologiques et du commerce équitable et le renforcement des capacités de gestion de ces organisations. "Ce sont aujourd’hui une cinquantaine de petites coopératives de 50 à 100 familles, réunies au sein de la fédération FECAFEB, qui exportent plus de 80 % du café bolivien. Elles ne laissent pratiquement que les écarts de triage aux commerçants de la région. Les prix à l’exportation du café bolivien ont ainsi augmenté de plus de 50 %", témoigne Sarah METAIS, représentante d'AVSF en Bolivie.

Au Nord du Pérou, les oasis côtiers irrigués sont très prisés des investisseurs privés pour l'installation d'agro-industrie et d'exploitations agricoles intensives de fruits et légumes à l'exportation. En 1996, un groupe de petits producteurs crée l'association des producteurs de mangue de l'Alto Piura APROMALPI: elle a pour ambition de commercialiser des mangues en direct pour échapper aux prix imposés par ces intermédiaires et les courtiers. AVSF décide alors de soutenir cette association pour lui permettre d'accéder au marché équitable et lui apporte assistance technique pour la production biologique et son renforcement commercial et institutionnel. "Les résultats sont là", souligne César PAZ, représentant d'AVSF au Pérou. "APROMALPI compte aujourd'hui 170 sociétaires ; elle produit plus de 120 containers annuels (2400 tonnes de fruits frais et transformés) pour les marchés du commerce équitable. Et fierté des producteurs, elle a été primée par les Autorités nationales péruviennes comme l'une des entreprises paysannes les plus innovantes dans notre pays".

Une économie au service des Hommes

"Dans les deux cas, organisations coopératives et commerce équitable ont clairement montré leur impact tant sur la croissance de l'économie agricole que sur la juste redistribution de la richesse produite au bénéfice du plus grand nombre, en particulier des familles paysannes marginalisées. Et cela vaut aussi pour les petits producteurs de cacao soutenus par AVSF dans ces mêmes régions." souligne Frédéric APOLLIN, directeur général  d'AVSF. En Bolivie, les revenus des familles productrices de café labellisé commerce équitable peuvent atteindre pour certaines jusqu'à 3 000 € par an. Cette économie caféière a permis la mise en place de services de base dans la région des Yungas ; les communautés ont cofinancé l'électrification et des collèges et des lycées se sont installés. Au Pérou, les revenus des familles sociétaires d'APROMALPI sont de 40 % supérieurs à ceux de producteurs vendant sur les marchés traditionnels aux intermédiaires. APROMALPI a créé plus de 140 emplois dans la récolte des fruits et 60 emplois féminins dans l'unité de traitement des mangues que l'association a installée. Les primes issues du commerce équitable sont utilisées pour financer des prêts à faible intérêt pour les membres, la création d'un atelier textile fournissant des emplois pour les femmes et l'installation d'une clinique médicale sur place.

Ces transformations structurelles sont le fait de coopératives paysannes engagées, soutenues par AVSF, avec l'appui d'entreprises du commerce équitable, comme la SCOP Ethiquable, partenaire privilégié d'AVSF pour ces programmes. FECAFEB, APROMALPI, CEPICAFE ... autant d'exemples de réussites d'entreprises paysannes coopératives qui ont été les précurseurs de cette économie sociale et solidaire que le Ministre Benoit Hamon vient honorer de sa présence lors de son déplacement officiel. Au Pérou, il sera pour cette occasion unique, accompagné par la Vice-Présidente Marisol ESPINOZA CRUZ qu'AVSF avait récemment invitée à Paris en novembre dernier au Salon International du Chocolat, pour promouvoir le cacao des petits producteurs péruviens organisés.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse :
Christophe LEBEL 01 43 94 72 17

Un appui renouvelé du CG92 à AVSF et aux petits producteurs de cacao d'Haïti

2013-12-08

Un cacao paysan déjà reconnu au niveau international
Du 25 au 29 novembre 2013, AVSF et la FECCANO ont accueilli en Haïti des Vice-Présidents et Conseillers Généraux du département des Hauts-de-Seine, venus suivre le projet d'appui à la Fédération des producteurs de cacao du Nord d'Haïti (FECCANO) initié en 2007. La mission était conduite par Christian Dupuy, vice-président du Conseil général en charge de la Culture et des Animations culturelles, maire de Suresnes et président du Groupe pays Haïti à Cités-Unies France. Il était accompagné de Georges Siffredi, vice-président du Conseil général en charge de la politique de la ville, et de Jean-André Lasserre, conseiller général. AVSF était représenté par Frédéric Apollin, Directeur général et David Millet, Coordinateur national en Haïti.

Visionnez le reportage video produit par le Conseil Général sur cette visite

Regroupant 6 coopératives du Nord d'Haïti et plus de 2000 producteurs paysans, la FECCANO a obtenu grâce à AVSF, les certifications biologique et équitable et maîtrise maintenant la technique de la fermentation du cacao. C'est ce qui lui permet d'exporter aujourd'hui près de 100 tonnes d'un cacao de qualité sur le marché français et européen avec le soutien déterminé de la SCOP Ethiquable, partenaire d'AVSF, et de chocolatiers des Hauts-de-Seine, en particulier Christophe Bertrand (Chocolaterie "A la Reine Astrid"). La production et commercialisation de ce cacao reconnu de qualité et très typé, ont valu à Haïti et la FECCANO d'être présents au prestigieux Salon International du Chocolat de Paris en novembre dernier et de voir son cacao sélectionné pour les International cocoa awards.

Soutenir l'économie des familles et du pays et protéger l'environnement
Au cours de cette mission, les élus altoséquanais et le Directeur général d'AVSF ont pu rencontrer longuement le Ministre Haïtien de l'Agriculture, Jacques Thomas, puis les coopératives, leurs membres, les dirigeants de la FECCANO, enfin Guito Gilot, Gérant de la Fédération. Tous ont souligné l'importance stratégique de la filière cacao en Haïti pour la sécurité alimentaire des familles paysannes productrices, la protection d'un environnement boisé et la relance économique des territoires ruraux et du pays.

A cette occasion, une nouvelle convention de financement a été signée entre le Conseil Général des Hauts-de-Seine et AVSF dans le cadre de la coopération décentralisée du département, pour une 4e phase de soutien à une action innovante et prometteuse.

Découvrez le projet d'appui aux petits producteurs de cacao d'Haïti

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse : Christophe LEBEL 01 43 94 72 17

Haïti : terre de chocolat équitable

2013-10-07

Le cacao haïtien reconnu comme l’un des meilleurs du monde !
Christophe CHAUVEAU, directeur des programmes de coopération chez AVSF en témoigne : « En quelques années, nous sommes passés d’un cacao bas de gamme, acheté à bas coût par de grands intermédiaires, à un cacao de très haute qualité, un grand cru recherché par les chocolatiers français. La récente sélection du cacao de la Feccano pour les « International Cocoa Awards » rend très fiers tous les petits producteurs de la coopérative. Elle les incite à poursuivre le travail engagé vers plus de qualité et d’équité ».

Les conditions de vie des petits producteurs haïtiens sensiblement améliorées
Pour arriver à ce résultat, AVSF et ses deux partenaires - la coopérative haïtienne de producteurs « FECCANO » et la coopérative française de produits équitables « ETHIQUABLE » -travaillent ensemble depuis plusieurs années pour que les petits producteurs de cacao puissent vivre dignement de leur travail, tout en produisant un produit de grande qualité. Les producteurs ont été formés à la fermentation du cacao, une étape fondamentale pour révéler ses arômes les plus subtils. Dès 2011, la FECCANO est ainsi devenue la 1ère coopérative haïtienne exportatrice de cacao fermenté, certifié équitable et bio. La coopérative offre ainsi aux paysans membres un prix de 30 % supérieur au tarif habituel pour leur production, tout en réalisant des investissements essentiels à la communauté.

5 MOMENTS « HAÏTIENS » A NE PAS RATER AU SALON DU CHOCOLAT !

« International Cocoa Awards » : Le cacao de la FECCANO est sélectionné comme l’un des meilleurs cacaos d’excellence du monde. La remise des prix se fera le mercredi 30 octobre à  16h sur le salon professionnel, Dégustation de fèves fraiches et de cacao grand cru d’Haïti et présentation de la coopération entre la coopérative haïtienne FECCANO et l’association AVSF : salon professionnel -  stand 137 « Haïti Terre de cacao »,  du 28 au 30 octobre de 10h à 19h, Vente de chocolat haïtien équitable et bio : salon grand public - stand A22 « Haïti Terre de chocolat équitable » du 30 octobre au 3 novembre de 10h à 19h, Conférences dégustation « Haïti - Terre de Cacao ! » : mercredi 30 octobre et dimanche 3 novembre à 15h, Spectacle haïtien : des artistes haïtiens (danseurs, conteurs, tambourineurs) donneront un spectacle samedi 2 novembre à 12h.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse :
Agence RendezVous RP
Stéphanie Gentilhomme
06 84 61 62 68

Non, le "business" du commerce équitable n'est pas sans foi, ni loi !

2013-08-28

Une réaction au reportage réalisé par Donatien Lemaître et diffusé sur ARTE le 6 AOÛT 2013

Le commerce équitable enrichirait-il de grands propriétaires confortablement installés dans des maisons de luxe sur des plantations où trimeraient des travailleurs exploités, mal logés, mal payés et sans contrats ? Enrichirait-il des multinationales bien peu soucieuses des droits de leurs travailleurs sur leurs plantations ? Ne serait-t-il devenu qu'un "business" comme un autre, sans foi ni loi ? Parce depuis 35 ans, nous avons accompagné plus de 90 organisations paysannes du Sud pour la commercialisation de leurs produits et sur les filières du commerce équitable, nous sommes bien placés pour témoigner des impacts réels du commerce équitable. Or ils sont bien loin de ceux que nous donne à découvrir Donatien Lemaître dans son reportage !

De nombreuses études indépendantes ont montré que le commerce équitable constitue un formidable outil de renforcement des capacités des organisations paysannes des pays du Sud. Et c'est bien pour cela qu'il a été créé ! Oui, l’accès à des marchés plus rémunérateurs, biologiques, gourmets, d’origine ou même conventionnels leur permet de mieux rétribuer les paysans, hommes et femmes, et d'améliorer leurs conditions de vie. Ces organisations sont venues rompre des situations de monopoles d'acheteurs tout puissants au bénéfice de toutes les familles paysannes de leurs zones d’influence. Elles ont rendu visibles et légitimes sur leur territoire des familles paysannes, historiquement marginalisées et exclues des espaces de prise de décision.

Oui, le reportage de Donatien Lemaitre pose pourtant une question fondamentale qu'AVSF pose depuis longtemps aux labels : quelle place laisser aux plantations qui salarient des travailleurs au profit d'entrepreneurs privés, de même qu'aux multinationales de l'agroalimentaire qui rentrent en concurrence avec les organisations paysannes en totale contradiction avec les fondamentaux du commerce équitable ? Comme dans toute démarche innovante qui bouscule les intérêts économiques de certains, il existe donc des risques mais aussi des marges de progrès pour consolider un commerce équitable exempt de toute critique.

Mais en passant sous silence l'impact positif du commerce équitable sur les organisations paysannes (85% des producteurs concernés),  ce traitement journalistique "à charge" et sensationnaliste - auquel ne nous a pas habitué ARTE – contribue non pas à élever le débat pour consolider le commerce équitable que nous souhaitons tous, mais bien plus à jeter un total  discrédit sur cette démarche pour laquelle nombreux sont ceux qui comme  nous, se sont battus et continuent à le faire. Le "business" du commerce équitable se développe ; faut-il le dénoncer ou encore y croire en restant très exigeants et vigilants ? Nous optons résolument pour la 2ème option.

Télécharger le communiqué complet

Lisez notre positionnement complet sur le commerce équitable

Lisez notre tribune "20 ans après, le commerce équitable sert-il encore à quelque chose ?"


AVSF - Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières - est une association de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne. www.avsf.org

Contact : Romain VALLEUR, 01 43 94 72 06 -  r.valleur@avsf.org

AVSF défend le commerce équitable à l'OMC

2013-07-11

Du 8 au 10 juillet 2013, l’OMC a réuni des spécialistes du commerce et du développement à Genève pour examiner son programme d’Aide pour le commerce destiné entre autres choses à aider les entreprises des pays en développement et des pays les moins avancés à se « connecter aux chaînes de valeur ».

Parrainés par le Ministère des Affaires Etrangères et son Ministère délégué du Développement dans le cadre du Plan d’Action pour le Commerce Equitable, AVSF, la Plateforme Française du Commerce Equitable et la Coopérative Ethiquable, sont intervenus dans les discussions pour faire la promotion d’un commerce équitable exigeant au cours d’une table ronde dédiée au sujet.

AVSF, la PFCE et Ethiquable ont insisté sur l’impact positif du commerce équitable sur les paysanneries du Sud. Le commerce équitable améliore les conditions de vie des familles de producteurs et favorise le renforcement des organisations paysannes qui en son sein se professionnalisent, gagnent en maîtrise des marchés internationaux et des marchés locaux et deviennent des acteurs moteurs du développement local et national.
Lors de son intervention, AVSF a invité

les Etats du Sud et du Nord à s’inspirer des mécanismes et résultats du commerce équitable pour redéployer des politiques de régulation des prix et les a encouragé à mettre en place des politiques publiques permettant son développement ; en particulier des politiques facilitant l’accès des organisations paysannes aux crédits et subventions pour la constitution de fonds de roulement et pour l’investissement et des politiques d’achats publics de produits du commerce équitable.

Lire notre positionnement COMPLET sur le commerce équitable

Lire notre tribune : "20 ans après, le commerce équitable sert-il encore à quelque chose ?"

AVSF - Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières - est une association de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne.

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes dans le monde, 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes), Une équipe de + de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.

Contact presse
Christophe LEBEL, 01 43 94 73 48

AVSF primée pour son innovation au Pérou

2013-06-24

AVSF et l’association péruvienne ARPAC ont été primées pour leur projet innovant de marché de vente directe de produits de qualité à des prix justes qui réunit 5 000 petits producteurs et plus de 25 000 consommateurs proche de Cuzco.

Des produits locaux de qualité à des prix justes pour 25 000 consommateurs
Grâce au soutien d’AVSF, l’Association régionale des producteurs agricoles et d’élevage de Cuzco (ARPAC) a créé et organise depuis 9 ans le marché de producteurs « Huancaro » selon le principe des circuits courts « du champs à l’assiette ». Aujourd’hui, ce marché constitue une véritable réussite et rassemble chaque samedi plus de 2 000 paysans des 13 provinces de la région de Cuzco qui viennent vendre en directe leurs productions à près de  25 000 consommateurs fidélisés.
Ce projet de vente directe a ainsi amélioré la qualité de vie et les revenus de milliers de petits producteurs et leur famille grâce à des prix justes. Les prix pratiqués sur le marché, en moyenne 20% inférieurs à ceux des marchés dominés par les intermédiaires, et la relation directe avec les producteurs, constituent des atouts essentiels pour les consommateurs de Cuzco.

3 récompenses sur 105 projets d’agriculture familiale
A Washington, le Fonds régional pour la technologie agricole (FONTAGRO), parrainé par l'Institut Interaméricain de Coopération pour l'Agriculture (IICA) et la Banque Interaméricaine de Développement (BID) a ainsi remis le prix de l’innovation agricole en Amérique latine à AVSF et l’ARPAC pour ce projet commun.
Ce projet a été sélectionné par un panel d’experts internationaux parmi 105 autres pour récompenser « les innovations technologiques, institutionnels et organisationnels mis au point par les petits paysans ».

+ d’information sur ce projet

AVSF - Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières - est une association de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne.

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes dans le monde, 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes), Une équipe de + de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.

Contact presse
Christophe LEBEL, 01 43 94 73 48

Au Pérou, les petits producteurs ont la patate

2013-06-17

Des hauts plateaux andins à la grande distribution française, le trajet de la pomme de terre équitable.
Avec AVSF, les petits producteurs peuvent vivre dignement de leur travail

Au Pérou, AVSF a aidé la Coopérative d’Agropia à Pazos à développer la culture d’une variété ancestrale de pomme de terre: la « papa nativa ». Les Indiens Quechua des hauts plateaux (3 800 à 4 300 m d’altitude) y cultivent traditionnellement une pomme de terre endémique à cette région.
De chair jaune, violette, blanche, noire ou rouge, elle possède d’intéressantes valeurs nutritives (goût
agréable, grande quantité de matière sèche, forte teneur en vitamine C, fibres, présence intéressante de flavonoïdes et d’anti-oxydants ….)
Ces petits paysans, dont les conditions de vie sont extrêmes (88 % de pauvreté dans la région), se sont trouvés confrontés à différentes difficultés : baisse des rendements, présence de parasites et de maladies, manque d’engrais organiques, et débouché unique sur un marché local où les prix sont bas.

Les équipes locales d’AVSF les ont aidés à mettre en place différentes solutions :

Sur le plan technique : étalement de l’ensemencement sur deux mois, culture en serres hydroponiques (10 000 pieds par serre), utilisation de bâches plastique enterrées pour repousser les parasites (dont les vers), fabrication d’engrais organiques (notamment via l’utilisation de connaissances ancestrales sur la biodiversité), mais aussi réorganisation du stockage et du conditionnement. Sur le plan humain : répartition équitable des tâches entre hommes et femmes, offres de formation, et organisation d’un comité de contrôle pour encadrer les opérations. Sur le plan commercial : création de débouchés à travers le soutien à l’exportation, notamment grâce à l’obtention d’une certification Ecocert, et à la mise en relation avec de nouveaux acheteurs.


C’est ainsi que depuis 2009, on peut trouver ces chips dans la grande distribution en France grâce à la coopérative Ethiquable qui a établi un fort partenariat avec les équipes d’AVSF.


Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) agit depuis 1977 pour soutenir l’agriculture paysanne au Sud. AVSF met au service des communautés paysannes menacées par l’exclusion ou la pauvreté, les compétences de professionnels de l’agriculture, de l’élevage et de la santé animale.
AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes, et accompagne actuellement 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes).
La mission d’AVSF s’appuie sur les principes de l’agroécologie (utiliser et respecter les cycles naturels,
protéger la vie des sols et la biodiversité, …) et contribue à aider les petits paysans à gagner leur autonomie alimentaire et économique, grâce à leur production - et dans certains cas, l’exportation - plutôt qu’à l’assistanat.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.

Plus de 300 bénévoles et adhérents engagés avec AVSF dans toute la France.

Contact Presse:
Agence RendezVous RP
Stéphanie Gentilhomme
01 45 41 19 37 /  06 84 61 62 68