Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Résultats de la recherche


Pages contenant «Filières et marchés»
Édition Ruralter


Nos projets concernant «Filières et marchés»


Publications concernant «Filières et marchés»

Programme ÉQUITÉ Afrique de l’Ouest : une seconde phase pour changer l’échelle des impacts économiques du commerce équitable et accélérer la transition agroécologique

2019-09-13

Nogent-sur-Marne, le 13 septembre 2019

Cette deuxième phase vise à renforcer les filières de commerce équitable sur la zone pour diminuer la pauvreté et améliorer la résilience des petits producteurs face au changement climatique.

Une nouvelle étape qui doit permettre de déployer les résultats prometteurs des 3 premières années : les prix stables et rémunérateurs du commerce équitable sont des facteurs d’accélération de la transition écologique et sociale des filières cacao, karité, anacarde et fruits, dans la région.

Des résultats prometteurs alliant réduction de la pauvreté et protection de la biodiversité

Augmentation de plus de 300% des  ventes de karité, fruits et cacao certifiées bio et équitables en 2 ans, réduction  de 50% des quantités de bois chauffe consommées par les unités de transformation des coopératives de karité et anacarde,  augmentation de 39% du revenu des transformatrices maliennes, etc. : voici quelques-uns des résultats prometteurs de la première phase du programme ÉQUITÉ mise en œuvre entre 2016 et 2019.  

Afin d’accélérer la transition écologique et sociale dans la sous-région, l’AFD a décidé de booster le commerce équitable en Afrique de l’Ouest en finançant une seconde phase du programme pour un montant de 7,8 millions d’euros pour une durée de 4 ans dans 6 pays : Côte d’Ivoire, Burkina-Faso, Mali, Ghana, Togo et Bénin.

Le Programme ÉQUITÉ - Afrique de l’Ouest s’articule autour d’une stratégie innovante qui allie :

1. Le financement en direct des projets de développement économique durable des coopératives de petits producteur·rice·s de commerce équitable
2. Un renforcement de l’influence des plateformes nationales de commerce équitable et des labels
3. La dynamisation du marché du commerce équitable pour garantir des débouchés rémunérateurs aux producteur·rice·s
4. Des connexions fortes avec le monde de la recherche pour répondre aux défis de la transition agroécologique, mesurer les impacts et diffuser les innovations

Pour Marc Dufumier, agronome et président de Commerce Équitable France : « Les innovations agroécologiques déployées dans le cadre du programme ÉQUITÉ témoignent de la capacité réelle des paysan·nes et de leurs organisations à identifier les défis environnementaux auxquels ils font face - et les solutions adaptées à mettre en œuvre pour y répondre : installation de parcelles agro-forestières, conversion vers l’agriculture biologique, fertilisation organique des cacaoyères, etc. »

Une phase 2 pour accélérer la transition écologique en Afrique de l’Ouest avec le commerce équitable

Les producteur·rice·s, et notamment celles et ceux d’Afrique de l’Ouest, sont parmi les plus pauvres de la planète et ils subissent de plein fouet les conséquences des changements climatiques. Le commerce équitable constitue une opportunité d’améliorer leurs revenus, de créer des emplois  et de diminuer la pauvreté dans les territoires ruraux.

Les prix rémunérateurs du commerce équitable constituent des éléments puissants pour accélérer la transition agroécologique : ils permettent aux producteur·rice·s et à leurs coopératives d’investir dans des modes de production plus résilients et moins émetteurs de gaz à effets de serre.

La seconde phase du programme ÉQUITÉ - Afrique de l’Ouest a pour ambition de changer l’échelle des impacts du commerce équitable et d’accélérer la transition agroécologique en Afrique de l’ouest. « Nous nous réjouissons que l’AFD identifie le commerce équitable comme un outil efficace d’atteinte des Objectifs de Développement Durable en Afrique de l’Ouest. Les projets agroécologiques des coopératives soutenues lors de la 1ere phase nécessitent désormais d’être portés à l’échelle. Ces innovations méritent également d’être largement diffusées pour accélérer la transition agroécologique, notamment au sein de la filière cacao en Côte d’Ivoire. »  déclare Frédéric Apollin, Directeur général d’AVSF, co-maîtrise d’ouvrage du programme.

Parmi les nouveautés de cette seconde phase :

- un fonds pilote pour la transition agroforestière des coopératives de cacao en Côte d’Ivoire
- un accès facilité des coopératives ouest-africaines aux  financements bancairesun appui stratégique à l’émancipation économique des femmes
- le déploiement de technologies innovantes permettant aux coopératives de petits producteur·rice·s de renforcer la traçabilité de leurs produits et de lutter contre la déforestation
- une montée en puissance des synergies entre commerce équitable et agriculture biologique

« Cette seconde phase de projet va également permettre aux producteur·rice·s ouest-africains de mieux faire entendre leurs voix auprès des autorités nationales et de défendre une organisation des filières agricoles plus respectueuse de l’environnement et de la justice sociale à travers la consolidation de plateformes nationales de commerce équitable, essentielles à la construction de politiques publiques concertées et durables au Sud. » précise Julie Stoll, Déléguée générale de Commerce Équitable France.

Les coopératives paysannes du Pérou et de la Bolivie : des réussites d'une économie sociale et solidaire !

2014-01-20

AVSF se réjouit qu’à l’occasion du déplacement officiel que réalise le Ministre Benoit HAMON au Pérou et en Bolivie du 19 au 23 janvier 2014,  il ait prévu de visiter les coopératives  FECAFEB, CEPICAFE et APROMALPI de petits producteurs de café, cacao et mangues, impliquées dans les filières du commerce équitable et dont AVSF a soutenu la création ou la consolidation au cours des 30 dernières années. 

Des entreprises paysannes performantes

Jusqu'au début des années 2000, la filière café de Bolivie, contrôlée par des exportateurs privés plus préoccupés de volume que de qualité, a souffert d'une très mauvaise image sur le marché international, avec pour conséquence la décote de prix la plus importante d'Amérique latine. Les petits producteurs de café de Bolivie étaient parmi les plus pauvres du continent. Dès 1993, AVSF a soutenu les coopératives existantes et le renforcement de leur Fédération nationale FECAFEB, en apportant un soutien technique à l’amélioration de la qualité, la mise en œuvre de  certifications biologiques et du commerce équitable et le renforcement des capacités de gestion de ces organisations. "Ce sont aujourd’hui une cinquantaine de petites coopératives de 50 à 100 familles, réunies au sein de la fédération FECAFEB, qui exportent plus de 80 % du café bolivien. Elles ne laissent pratiquement que les écarts de triage aux commerçants de la région. Les prix à l’exportation du café bolivien ont ainsi augmenté de plus de 50 %", témoigne Sarah METAIS, représentante d'AVSF en Bolivie.

Au Nord du Pérou, les oasis côtiers irrigués sont très prisés des investisseurs privés pour l'installation d'agro-industrie et d'exploitations agricoles intensives de fruits et légumes à l'exportation. En 1996, un groupe de petits producteurs crée l'association des producteurs de mangue de l'Alto Piura APROMALPI: elle a pour ambition de commercialiser des mangues en direct pour échapper aux prix imposés par ces intermédiaires et les courtiers. AVSF décide alors de soutenir cette association pour lui permettre d'accéder au marché équitable et lui apporte assistance technique pour la production biologique et son renforcement commercial et institutionnel. "Les résultats sont là", souligne César PAZ, représentant d'AVSF au Pérou. "APROMALPI compte aujourd'hui 170 sociétaires ; elle produit plus de 120 containers annuels (2400 tonnes de fruits frais et transformés) pour les marchés du commerce équitable. Et fierté des producteurs, elle a été primée par les Autorités nationales péruviennes comme l'une des entreprises paysannes les plus innovantes dans notre pays".

Une économie au service des Hommes

"Dans les deux cas, organisations coopératives et commerce équitable ont clairement montré leur impact tant sur la croissance de l'économie agricole que sur la juste redistribution de la richesse produite au bénéfice du plus grand nombre, en particulier des familles paysannes marginalisées. Et cela vaut aussi pour les petits producteurs de cacao soutenus par AVSF dans ces mêmes régions." souligne Frédéric APOLLIN, directeur général  d'AVSF. En Bolivie, les revenus des familles productrices de café labellisé commerce équitable peuvent atteindre pour certaines jusqu'à 3 000 € par an. Cette économie caféière a permis la mise en place de services de base dans la région des Yungas ; les communautés ont cofinancé l'électrification et des collèges et des lycées se sont installés. Au Pérou, les revenus des familles sociétaires d'APROMALPI sont de 40 % supérieurs à ceux de producteurs vendant sur les marchés traditionnels aux intermédiaires. APROMALPI a créé plus de 140 emplois dans la récolte des fruits et 60 emplois féminins dans l'unité de traitement des mangues que l'association a installée. Les primes issues du commerce équitable sont utilisées pour financer des prêts à faible intérêt pour les membres, la création d'un atelier textile fournissant des emplois pour les femmes et l'installation d'une clinique médicale sur place.

Ces transformations structurelles sont le fait de coopératives paysannes engagées, soutenues par AVSF, avec l'appui d'entreprises du commerce équitable, comme la SCOP Ethiquable, partenaire privilégié d'AVSF pour ces programmes. FECAFEB, APROMALPI, CEPICAFE ... autant d'exemples de réussites d'entreprises paysannes coopératives qui ont été les précurseurs de cette économie sociale et solidaire que le Ministre Benoit Hamon vient honorer de sa présence lors de son déplacement officiel. Au Pérou, il sera pour cette occasion unique, accompagné par la Vice-Présidente Marisol ESPINOZA CRUZ qu'AVSF avait récemment invitée à Paris en novembre dernier au Salon International du Chocolat, pour promouvoir le cacao des petits producteurs péruviens organisés.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse :
Christophe LEBEL 01 43 94 72 17

Le café des petits producteurs d'Haïti aux portes de l'élité mondiale

2013-12-12

Les 28 et 29 novembre 2013, à Thiotte, dans les montagnes du sud-est d'Haïti, les coopératives de petits producteurs de café accueillaient des dégustateurs et acheteurs du monde entier. Objectif : caractériser les cafés d'Haïti en provenance de différentes régions du pays. L’Europe (France), L’Amérique du Sud (Pérou) et du Nord (Canada, États-Unis) et l’Asie (Japon) étaient ainsi représentés dans un panel de huit dégustateurs professionnels pour cet atelier international organisé à l'initiative de l'ONG française Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, en partenariat avec l'Institut National du Café d'Haïti et la Plateforme Nationale des Producteurs de Café.

Après plusieurs semaines de recollection des échantillons et deux jours de dégustation, unanimes, les dégustateurs internationaux ont tranché : les cafés d’Haïti ont bel et bien le potentiel pour rivaliser avec les meilleurs cafés gourmets du monde. Après avoir souligné leur excellente qualité générale, les dégustateurs en ont défini les principales caractéristiques. Ils ont eu le plaisir de retrouver des saveurs fruitées et florales pour les cafés de hautes altitudes des régions de Thiotte et Baptiste. Alors que dans le grand sud, les cafés de moyennes altitudes leur ont permis de savourer des saveurs plus chocolatées avec parfois des pointes de citron ou de vanille. Avec ses cafés de basse altitude, la région du nord n’était pas en reste : d’excellentes qualités, ils ont révélé des pointes de chocolat, de fruits secs ou encore de tabac. Les paysans producteurs du grand sud ont également promis de revenir bientôt pour offrir aux dégustateurs leurs meilleurs cafés de hautes altitudes.

Un avenir prometteur pour le café haïtien

Certifiés par ces dégustateurs et partagés par l’ensemble des acteurs de la filière, la qualité et le potentiel des cafés haïtiens confirment que la filière qualité qu'ont empruntée depuis plusieurs années les coopératives de petits producteurs est sur le droit chemin. "L’avenir des cafés haïtiens est très prometteur", tient à souligner Mathieu Clotteau, expert café d'AVSF en Haïti ; "Haïti peut retrouver cette notoriété internationale qui lui revient, et n'a pas à rougir de son café par rapport à d'autres pays producteurs. Et même si certains acheteurs internationaux ont récemment délaissé l'île en raison des difficultés rencontrées depuis le terrible séisme de 2010 et de prix élevés, nul doute qu'avec ces résultats, les paysans haïtiens et leurs coopératives peuvent et doivent reconquérir leur confiance".

Grâce à l'action d’AVSF et son projet d'appui à la filière café KOREKAFE, la démonstration a été faite à Thiotte que tous les acteurs de la filière peuvent travailler ensemble à cette reconquête au bénéfice des familles paysannes productrices, mais aussi de l'économie nationale et au final des consommateurs ! La plupart des coopératives de producteurs de café ont participé activement à l’événement (COOPCAB, APCAB, RECARB, RECOCAS, RECOCARNO, UCOCAB). Les principaux torréfacteurs haïtiens tels que REBO ou Café SELECTO se sont joints à l’action en apportant leurs expertises. Avec la présence et le soutien de la Plate-forme Nationale des Producteurs de Café d’Haïti, et de l’Institut National du Café d’Haïti, c’est toute la filière qui a fait une démonstration d’unité et de dynamisme.

Forts de ces résultats, les participants ont convenu de se retrouver en avril 2014 à Seattle, aux États-Unis. Avec le soutien d'AVSF, le café haïtien et les coopératives de producteurs prendront part à l’une des plus grandes compétitions internationales réalisées annuellement par l’Association des Cafés de Spécialités des Amériques (SCAA). Un pas de plus important pour une reconnaissance du travail des petits producteurs et productrices haïtiennes de café. Nous ne pouvons que leur souhaiter bonne chance pour cette future compétition !

Les huit dégustateurs invités :

Casey Blanche, torréfacteur, Just Coffee Cooperative, (États-Unis) Guylaine Pelletier, torréfacteur, Café Cambio (Canada), Takahiro Inoue, dégustateur, Wataru Trading (Japon), Florent Gout, torréfacteur, Esperanza Cafe, (France), Tibed Yujra, dégustateur, coopérative CECOVASA, Membre du Coffee Quality Institute (Pérou), Christophe Eberhart, importateur et dégustateur, SCOP Ethiquable (France) Edouardo Ramos Samahoya, degustateur Rebo SA, (Haitï), Diane Nsengiyumva, dégustratrice, Café Selecto (Haïti).

L'atelier international de caractérisation des cafés d'Haïti, tenu à Thiotte les 28 et 29 novembre 2013, a été réalisé dans le cadre du projet mis en œuvre par l’ONG française Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF). Ce projet est financé par l’Agence Française de Développement (AFD) et la Banque Interaméricaine de Développement (BID)  travers le fonds FOMIN.

En savoir plus sur le projet de soutien aux producteurs de café

Découvrir les actions d'AVSF en Haïti

Un appui renouvelé du CG92 à AVSF et aux petits producteurs de cacao d'Haïti

2013-12-08

Un cacao paysan déjà reconnu au niveau international
Du 25 au 29 novembre 2013, AVSF et la FECCANO ont accueilli en Haïti des Vice-Présidents et Conseillers Généraux du département des Hauts-de-Seine, venus suivre le projet d'appui à la Fédération des producteurs de cacao du Nord d'Haïti (FECCANO) initié en 2007. La mission était conduite par Christian Dupuy, vice-président du Conseil général en charge de la Culture et des Animations culturelles, maire de Suresnes et président du Groupe pays Haïti à Cités-Unies France. Il était accompagné de Georges Siffredi, vice-président du Conseil général en charge de la politique de la ville, et de Jean-André Lasserre, conseiller général. AVSF était représenté par Frédéric Apollin, Directeur général et David Millet, Coordinateur national en Haïti.

Visionnez le reportage video produit par le Conseil Général sur cette visite

Regroupant 6 coopératives du Nord d'Haïti et plus de 2000 producteurs paysans, la FECCANO a obtenu grâce à AVSF, les certifications biologique et équitable et maîtrise maintenant la technique de la fermentation du cacao. C'est ce qui lui permet d'exporter aujourd'hui près de 100 tonnes d'un cacao de qualité sur le marché français et européen avec le soutien déterminé de la SCOP Ethiquable, partenaire d'AVSF, et de chocolatiers des Hauts-de-Seine, en particulier Christophe Bertrand (Chocolaterie "A la Reine Astrid"). La production et commercialisation de ce cacao reconnu de qualité et très typé, ont valu à Haïti et la FECCANO d'être présents au prestigieux Salon International du Chocolat de Paris en novembre dernier et de voir son cacao sélectionné pour les International cocoa awards.

Soutenir l'économie des familles et du pays et protéger l'environnement
Au cours de cette mission, les élus altoséquanais et le Directeur général d'AVSF ont pu rencontrer longuement le Ministre Haïtien de l'Agriculture, Jacques Thomas, puis les coopératives, leurs membres, les dirigeants de la FECCANO, enfin Guito Gilot, Gérant de la Fédération. Tous ont souligné l'importance stratégique de la filière cacao en Haïti pour la sécurité alimentaire des familles paysannes productrices, la protection d'un environnement boisé et la relance économique des territoires ruraux et du pays.

A cette occasion, une nouvelle convention de financement a été signée entre le Conseil Général des Hauts-de-Seine et AVSF dans le cadre de la coopération décentralisée du département, pour une 4e phase de soutien à une action innovante et prometteuse.

Découvrez le projet d'appui aux petits producteurs de cacao d'Haïti

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.


Contact Presse : Christophe LEBEL 01 43 94 72 17

AVSF primée pour son innovation au Pérou

2013-06-24

AVSF et l’association péruvienne ARPAC ont été primées pour leur projet innovant de marché de vente directe de produits de qualité à des prix justes qui réunit 5 000 petits producteurs et plus de 25 000 consommateurs proche de Cuzco.

Des produits locaux de qualité à des prix justes pour 25 000 consommateurs
Grâce au soutien d’AVSF, l’Association régionale des producteurs agricoles et d’élevage de Cuzco (ARPAC) a créé et organise depuis 9 ans le marché de producteurs « Huancaro » selon le principe des circuits courts « du champs à l’assiette ». Aujourd’hui, ce marché constitue une véritable réussite et rassemble chaque samedi plus de 2 000 paysans des 13 provinces de la région de Cuzco qui viennent vendre en directe leurs productions à près de  25 000 consommateurs fidélisés.
Ce projet de vente directe a ainsi amélioré la qualité de vie et les revenus de milliers de petits producteurs et leur famille grâce à des prix justes. Les prix pratiqués sur le marché, en moyenne 20% inférieurs à ceux des marchés dominés par les intermédiaires, et la relation directe avec les producteurs, constituent des atouts essentiels pour les consommateurs de Cuzco.

3 récompenses sur 105 projets d’agriculture familiale
A Washington, le Fonds régional pour la technologie agricole (FONTAGRO), parrainé par l'Institut Interaméricain de Coopération pour l'Agriculture (IICA) et la Banque Interaméricaine de Développement (BID) a ainsi remis le prix de l’innovation agricole en Amérique latine à AVSF et l’ARPAC pour ce projet commun.
Ce projet a été sélectionné par un panel d’experts internationaux parmi 105 autres pour récompenser « les innovations technologiques, institutionnels et organisationnels mis au point par les petits paysans ».

+ d’information sur ce projet

AVSF - Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières - est une association de solidarité internationale reconnue d'utilité publique, qui agit depuis 1977 pour soutenir l'agriculture paysanne.

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes dans le monde, 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes), Une équipe de + de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.

Contact presse
Christophe LEBEL, 01 43 94 73 48

Au Pérou, les petits producteurs ont la patate

2013-06-17

Des hauts plateaux andins à la grande distribution française, le trajet de la pomme de terre équitable.
Avec AVSF, les petits producteurs peuvent vivre dignement de leur travail

Au Pérou, AVSF a aidé la Coopérative d’Agropia à Pazos à développer la culture d’une variété ancestrale de pomme de terre: la « papa nativa ». Les Indiens Quechua des hauts plateaux (3 800 à 4 300 m d’altitude) y cultivent traditionnellement une pomme de terre endémique à cette région.
De chair jaune, violette, blanche, noire ou rouge, elle possède d’intéressantes valeurs nutritives (goût
agréable, grande quantité de matière sèche, forte teneur en vitamine C, fibres, présence intéressante de flavonoïdes et d’anti-oxydants ….)
Ces petits paysans, dont les conditions de vie sont extrêmes (88 % de pauvreté dans la région), se sont trouvés confrontés à différentes difficultés : baisse des rendements, présence de parasites et de maladies, manque d’engrais organiques, et débouché unique sur un marché local où les prix sont bas.

Les équipes locales d’AVSF les ont aidés à mettre en place différentes solutions :

Sur le plan technique : étalement de l’ensemencement sur deux mois, culture en serres hydroponiques (10 000 pieds par serre), utilisation de bâches plastique enterrées pour repousser les parasites (dont les vers), fabrication d’engrais organiques (notamment via l’utilisation de connaissances ancestrales sur la biodiversité), mais aussi réorganisation du stockage et du conditionnement. Sur le plan humain : répartition équitable des tâches entre hommes et femmes, offres de formation, et organisation d’un comité de contrôle pour encadrer les opérations. Sur le plan commercial : création de débouchés à travers le soutien à l’exportation, notamment grâce à l’obtention d’une certification Ecocert, et à la mise en relation avec de nouveaux acheteurs.


C’est ainsi que depuis 2009, on peut trouver ces chips dans la grande distribution en France grâce à la coopérative Ethiquable qui a établi un fort partenariat avec les équipes d’AVSF.


Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) agit depuis 1977 pour soutenir l’agriculture paysanne au Sud. AVSF met au service des communautés paysannes menacées par l’exclusion ou la pauvreté, les compétences de professionnels de l’agriculture, de l’élevage et de la santé animale.
AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes, et accompagne actuellement 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes).
La mission d’AVSF s’appuie sur les principes de l’agroécologie (utiliser et respecter les cycles naturels,
protéger la vie des sols et la biodiversité, …) et contribue à aider les petits paysans à gagner leur autonomie alimentaire et économique, grâce à leur production - et dans certains cas, l’exportation - plutôt qu’à l’assistanat.

Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, les chiffres clés :

AVSF soutient 140 000 familles, soit près de 700 000 personnes. 75 projets de développement dans 20 pays (Afrique, Asie, Amérique Centrale et du Sud, Caraïbes). Une équipe de plus de 300 salariés, dont 85 % issus des pays où sont menés les projets de développement.

Plus de 300 bénévoles et adhérents engagés avec AVSF dans toute la France.

Contact Presse:
Agence RendezVous RP
Stéphanie Gentilhomme
01 45 41 19 37 /  06 84 61 62 68

Sécurité alimentaire et agriculture familiale : l’expérience d’AVSF en Afrique

2012-06-04

AVSF vous invite à une table ronde sur l’alimentation et l’agriculture en Afrique, animée par Bruno CRAS, journaliste et chroniqueur sur Europe 1. Elle se tiendra vendredi 22 juin 2012 à 15h à AgroParisTech Engref.

Des expériences de terrain pour lutter contre la faim
Depuis 35 ans, AVSF considère les actions de coopération qu’elle mène comme des expérimentations. Elles permettent de valider sur le terrain les conditions qui permettent aux populations rurales de conquérir leur sécurité alimentaire et de contribuer à l'alimentation des villes. Trois de ces expériences significatives seront
présentées le 22 juin à 15h.
Cette table ronde permettra de croiser différents points de vue de personnalités toutes engagées pour le développement de l'agriculture. Elles réagiront aux expériences présentées par des partenaires et des équipes d'AVSF en Afrique de l'Ouest et à Madagascar. Le programme détaillé est donné ci-dessous.

Des solutions locales pour nourrir l’Afrique
Le continent africain fait face à un défi alimentaire de taille, par la croissance démographique qu'elle connait. L'urbanisation rapide entraîne des besoins accrus d'accès à l'alimentation pour des populations pauvres et à bas revenus de villes moyennes et mégapoles.
Mais ce sont bien des politiques publiques, économiques et de développement rural, à l’échelle des pays qui doivent mettre en place ces conditions afin de nourrir les campagnes, approvisionner les pôles urbains et diminuer l’exode vers les grandes villes. Elles devraient permettre aux paysans et à leur famille de vivre de leur travail et
de leur terre, et limiter ainsi considérablement les importations de blé européen ou américain, ou de riz asiatique.

Contact presse : Christophe LEBEL // 01 43 94 73 48