Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

L'ASSOCIATION D'AUXILIAIRES VETERINAIRES EXISTE ET RESISTE



par

L'ASSOCIATION D'AUXILIAIRES VETERINAIRES EXISTE ET RESISTE

  • P1030788.JPG
  • P1030797.JPG
  • Cambodge13.JPG
Samedi 5 février 2012 - 10h45
Rencontre avec l'association d’Agents Villageois de Santé Animale du district de Banteay Srey, village de Woat, commune de Tbèng, Province de Siem Reap

Ils nous attendent depuis 10 heures. Nous sommes en retard. Malgré sa rigueur et son compte serré du temps, Sophoan a bien du mal à tenir non seulement le rythme mais surtout ce petit groupe dissipé d'étrangers qui ne cessent de questionner les familles qui ont eu le "privilège" d'être choisis pour cette visite.

La boutique est impeccable. Des chaises rouges en plastique ont été sorties et disposées pour les illustres visiteurs. Jean-Jacques lui en profite ; il a déjà sorti cahier, stylo et note chaque mot prononcé par les responsables de l'association, pour ne pas en perdre une miette. Une inquiétude de plus sans doute pour ces dirigeants, pour l'heure tous debout en rang d'oignon devant lui. Ces visiteurs ne sont effectivement pas de simples touristes ...

Depuis vingt ans, pionnier en la matière, AVSF a formé au Cambodge plus de 500 auxiliaires vétérinaires de santé animale : des agents villageois choisis par leur communauté et formés pour offrir un service vétérinaire de proximité aux familles paysannes. Mon collègue vétérinaire, Hervé nous le rappelle très justement, car Sophoan lui reste discret, même s'il ne peut cacher par un sourire plus prononcé que d'habitude, son contentement et sa fierté sur ce sujet : le travail d'AVSF est une référence ici dans ce pays tant pour les autorités de l'Etat que pour de nombreux autres acteurs en coopération qui répliquent aujourd'hui ces expériences de formation de "Village Animal Health Workers" et contribuent ainsi au changement d'échelle tant souhaité, avec un impact indéniable sur les économies de ces familles paysannes. Avec notre appui, nombreux sont ceux qui se sont constitués en association, pour faciliter notamment l'approvisionnement en produits vétérinaires et mutualiser des coûts. Dix ans après, dans ce district de Banteay Srey, l'association résiste. Son Président est fier de nous présenter un parfait compte de résultats, avec un détail plus que minutieux et détaillé des produits et des charges. Ils se sont préparés à cette visite et la présence de Jean-Jacques qui au premier rang devant eux, assis sur sa chaise plastique rouge, made in Vietnam probablement, note consciencieusement virgule après virgule, chaque chiffre énoncé, n'est pas là pour les rassurer. Ils veulent nous démontrer que leur activité tient la route économiquement parlant !

Outre le service vétérinaire à domicile, et l'achat groupé et la vente de médicaments,  l'association a développé d'autres activités qui lui permettent d'arriver effectivement à l'équilibre financier : un élevage porcin collectif et la vente d'engrais, même si nous explique-t-on, la concurrence du grand frère vietnamien, tout proche d'ici, devient de plus en plus rude ....

Parce qu'encore faible, en pleine reconstitution de sa structure et de ses compétences, L'Etat cambodgien parviendra-t-il à offrir l'appui nécessaire et à exercer également le "contrôle" de ces associations locales ? Les services vétérinaires nationaux pourront-ils assumer à terme le perfectionnement régulier de ces auxiliaires et la formation de jeunes, en lieu et place de la coopération internationale ? L'association de Banteay Srey réussira-t-elle à gérer la concurrence des commerçants vietnamiens ou à passer des alliances gagnantes avec eux pour maintenir non seulement l'activité d'approvisionnement en d'intrants, mais surtout le conseil vétérinaire, tant indispensable aux familles paysannes ? Ce sont maintenant là quelques-uns des enjeux à relever pour les années qui viennent.