Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement

Covid-19 : que se passe-t-il dans nos pays de coopération ?

Les perturbations variables selon les pays n’empêchent pas AVSF de poursuivre ses activités de terrain en appui aux organisations paysannes, en s’adaptant aux mesures des gouvernements pour éviter toute propagation du virus. On fait le point.

Covid-19 : que se passe-t-il dans nos pays de coopération ? Image principale

Confinement et activités agricoles perturbées

En Afrique, en Asie ou en Amérique latine, des mesures de confinement plus ou moins partielles sont toujours aujourd’hui appliquées selon la gravité de la situation. Elles perturbent la vie sociale et les activités agricoles, notamment en raison des restrictions de déplacements, de rassemblements ou de réunions. Mais comme en France, les paysans et paysannes continuent pourtant de travailler la terre ou d’élever leurs troupeaux. La plupart des coopératives et des organisations paysannes que nous accompagnons poursuivent leurs activités agricoles, de collecte, de transformation et de livraison de leur production sur les marchés locaux et internationaux, même si parfois avec de réelles difficultés. En Haïti par exemple, alors que la grande saison de cacao bat son plein, les producteurs de la coopérative FECCANO ont maintenu les activités de collecte, mise en sac et export pour les marchés du commerce équitable, avec des précautions sanitaires accrues.


Pour les communautés et organisations paysannes, certaines tendances semblent toutefois traverser l’ensemble des situations. D’abord, les perturbations voire la fermeture de certains marchés locaux et régionaux affectent les paysans dans leur capacité de vendre leur production ou de s’approvisionner en intrants agricoles et produits de première nécessité. Cette situation est déjà réelle dans les pays qui ont pris les mesures de restriction les plus fortes, mais il est probable que ces difficultés s’amplifient dans les semaines qui viennent, en raison du maintien de limitations des déplacements ou de la fermeture de certaines frontières. Celles-ci affectent par exemple les éleveurs sahéliens qui ne peuvent plus faire transhumer normalement leurs troupeaux. Au Nord du Sénégal, beaucoup d’entre eux rencontrent déjà des problèmes sérieux d’accès à l’herbe et au fourrage. Une crise alimentaire et nutritionnelle sérieuse qui suivrait la pandémie n’est pas à écarter, sans compter sur la spéculation fort probable sur certains produits importés ! « On commence déjà à avoir des problèmes de sécurité alimentaire » estimait fin avril notre collègue Djigo, vétérinaire au Sénégal Voir son témoignage en vidéo.

Les équipes d’AVSF toujours mobilisées

Même encore confinées et à distance, des équipes AVSF continuent d’accompagner et conseiller les organisations paysannes : du conseil technique par téléphone à minima ou la poursuite de transferts financiers dans le cadre des projets en cours. Là où cela est possible, en Afrique, en Haïti, à Madagascar ou en Asie, d’autres reprennent peu à peu des activités de terrain dans le respect de règles sanitaires strictes pour protéger aussi les communautés. Partout, elles utilisent tous les canaux de communication disponibles pour sensibiliser les communautés paysannes sur l’évolution du Covid-19 et les mesures barrières. Par exemple, les systèmes d’alerte pastoraux au nord du Sénégal, initialement mis en place par AVSF pour prévenir les éleveurs des risques de sécheresse ou de feux, est utilisé à cette fin.

Nos équipes continuent à évaluer les effets immédiats de cette pandémie et à moyen terme sur les dynamiques de production agricole, les territoires et les acteurs ruraux que nous appuyons, afin d’anticiper et adapter nos actions à cette situation inédite. Plus que jamais, notre solidarité leur sera précieuse !

La situation dans les pays de coopération

Les pays confinés :
Le Honduras jusqu’au 30 mai, la Colombie et l’Équateur jusqu’au 31 mai, le Pérou jusqu’au 30 juin.

Le pays non confinés avec des restrictions de déplacement ou/et des quarantaines régionalisées :
Le Guatemala, Haïti, la Côte d’Ivoire, le Sénégal (avec des restrictions sanitaires maintenues jusqu’au 2 juin), le Mali et le Togo, le Burkina Faso, Madagascar, le Cambodge, la Mongolie.

Dans ces pays, si les équipes sont encore en télétravail dans certaines capitales et villes, des activités terrains sont parfois maintenues dans le respect des règles sanitaires imposées et gestes barrières.