Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement
  • Senegal_fr
  • Attelage
  • Troupeau et berger
  • Troupeau
  • Eau
  • Femmes
  • Traite
  • Culture
  • Femmes poule
  • Enfant

ASVF : un soutien direct à la production paysanne dans un contexte de concurrence croissante

Pays parmi les plus industrialisés d’Afrique, le Sénégal est reconnu par sa tradition démocratique et sa stabilité sociale. Cependant, la volatilité des prix mondiaux du coton et de l’arachide, premiers produits d’exportation, et la hausse des prix des denrées alimentaires importées ont provoqué un large mécontentement et ont affecté directement les populations des campagnes. Certaines sont poussées à un exode rural vers des centres urbains de plus en plus surpeuplés. Cette urbanisation croissante pousse les gouvernements à prendre des mesures de réduction des prix des denrées par la baisse des droits de douane (riz, viande, lait en poudre, …) pour alimenter des consommateurs urbains souvent à bas revenus. Or ces mesures se font au détriment des petits producteurs locaux qui n’arrivent pas à concurrencer les produits importés.

Le premier défi à relever pour les agricultures familiales est celui de nourrir les familles paysannes elles-mêmes, qui sont les premières à être touchées par le changement climatique et l’insécurité alimentaire. En deuxième lieu, il est important de promouvoir l’appui à l’encadrement technique des filières locales, les renforcer dans une approche de chaîne de valeur et les promouvoir pour leur rôle essentiel dans la sécurité alimentaire et l’augmentation des revenus en zones rurales.

Une action historique et reconnue en soutien à l’élevage paysan et l’agropastoralisme

AVSF accompagne depuis 1991 les petits paysans, agriculteurs, agro-éleveurs, éleveurs et pasteurs du Sénégal, en particulier en Casamance et dans le Ferlo.

En Casamance, la coopération d’AVSF a permis une diminution de la vulnérabilité socio-économique de plus de 10 000 familles, grâce à l’augmentation de la productivité des principales cultures vivrières (riz, légumes, ...) et l’intensification de la production laitière grâce à la stabulation et l’insémination artificielle, la production avicole et l’élevage de petits ruminants pour plus de 3000 femmes . Deux coopératives avicoles à Vélingara et à Kolda (80% féminines) regroupent plus de 1675 membres, actives dans les campagnes annuelles de vaccination du Ministère de l’élevage, l’achat groupé de poussins ou encore de matériel avicole.

Dans le Ferlo, la majorité de la population dépend de l’élevage transhumant pour son approvisionnement alimentaire et ses besoins économiques. Depuis 10 ans, AVSF contribue à l’amélioration des performances de l’économie et l’élevage pastoral dans un contexte de changement climatique pour plus de 3000 familles. Les activités portent sur l’amélioration de l’accès à l’eau et de la gestion des pâturages, avec une forte composante de sécurisation de la mobilité pastorale, par la mise en place et l’appui à des Unités Pastorales (associations d’éleveurs) et à des ASUFOR (associations d’usagers de forage) en charge d’organiser la gestion des pâturages et des forages, de gérer les conflits, de représenter les éleveurs face à l’échelle des territoires et en alliance et sous la « tutelle » des communes. En lien avec les collectivités locales et autorités publiques, 26 unités pastorales ont été établies pour une gestion collective et durable des ressources (eau, herbe, gestion des populations d’éleveurs migrants, etc.).  11% de la surface du Ferlo est ainsi couverte par des UP dotées de plans de gestion approuvés et appliqués.

Face aux effets du changement climatique, AVSF appuie également les éleveurs à s'adapter à des aléas plus risqués (reboisement, accès à l'eau, ..) et engage des expérimentations sur la production de biogaz à partir du fumier pour accéder à l’énergie et limiter les émissions de méthane et de CO2. Un système pastoral d'alerte et d'informations a été mis en place et est fonctionnel : 4 centres d'alerte sont implantés sur le territoire ; 1 site internet est mis en ligne et des alertes sont régulièrement diffusées aux éleveurs via des radios locales ou des SMS.

La création de coopératives et entreprises sociales paysannes sur des filières stratégiques

En Casamance, AVSF a accompagné plusieurs petites entreprises sociales sur des filières stratégiques au bénéfice de plus de 3500 familles rurales. Les activités visent prioritairement l’accroissement de la productivité et de la sécurité alimentaire par l’amélioration de la conduite technique des productions vivrières notamment grâce à une meilleure intégration agriculture et élevage et la mise en place de services de santé animale, par l’organisation des productrices et des producteurs, et l’appui à l’amélioration de la mise en marché. Une importance particulière est accordée à l’élevage d’espèces à cycle court pour l’augmentation des revenus des petits producteurs ruraux, et en particulier des femmes, ainsi qu’au développement du maraîchage et à la valorisation des productions.

Pionnière en la matière, dès les années 95, AVSF crée les premières laiteries privées et coopératives en Haute Casamance pour valoriser le lait local paysan. 20 unités paysannes de transformation laitière (500 éleveurs)  fonctionnent aujourd’hui avec une capacité de collecte pouvant aller jusqu’à 350 000 litres/an : la collecte de lait a doublé entre 2010 et 2017, permettant une augmentation des revenus de 15% dans la zone. La démarche d’AVSF d’appui à la filière lait fait actuellement école et l’on observe l’émergence de plusieurs coopératives laitières en Haute-Casamance. Depuis 2011, dans le département de Vélingara, AVSF renforce un réseau de 5 petites laiteries coopératives regroupées au sein de l’Union des coopératives laitières « Nafooré Biroobé », dans la production, la collecte, la transformation et la vente de lait local.

Face à la concurrence du lait en poudre importé, ces coopératives ont permis aux éleveurs d’innover sur les produits : lait caillé sucré, lait frais pasteurisé, yaourt et thiacry. Les prix compétitifs et la qualité des produits laitiers permettent à l’agriculture familiale locale de prendre graduellement des parts de marché. Avec ces expériences reconnues, AVSF se positionne comme un interlocuteur privilégié du gouvernement pour renforcer la capacité nationale de production de lait et proposer des programmes conjoints d’alimentation et de suivi sanitaire.

AVSF a également soutenu la mise en place de filières de commercialisation plus justes, souvent équitables ou biologiques, pour des produits comme le sésame ou la noix de cajou. En Casamance, une coopérative féminine transformatrice d’anacardes créée en 2011 emploie ainsi plus de 70 femmes dans ses 2 unités de collecte, transformation et conditionnement et une unité centrale à Kolda ; elle a permis une augmentation notoire du volume de noix de cajou collectés et transformés.

Enfin, partout, AVSF a fait le choix d'agir pour défendre les droits et le rôle des femmes rurales et œuvrer pour leur autonomisation, grâce au renforcement d'organisations de productrices, réunies maintenant en coopératives et fédérations puissantes et reconnues.

Nos actions