Pour que les femmes et les hommes
vivent de la terre durablement
  • Mongolie_fr
  • Gandzorik
  • 20120613-IMG_9883
  • IMG_1713
  • IMG_1740
  • Coupe traditionnelle du foin pour faire un stoc hivernal, Sum de Onder-Ulaan (Bag d’Azarga), Arkhangaï, Mongolie
  • Traite
  • enfant
  • yak eleveur
  • 20120613-IMG_9790

Depuis 2004, AVSF soutient les éleveurs nomades en Mongolie, en vue de préserver non seulement leur culture et leur mode de vie traditionnel, basés sur une valorisation du milieu naturel peu hospitalier et pourtant fragile, mais aussi leur activité première de survie économique.

La tradition du nomadisme en péril

Trente ans après la rupture des liens avec l’URSS, la Mongolie connait une forte croissance économique due à un récent boom minier. Ce pays, grand comme trois fois la France et à la densité de population la plus faible du monde, se distingue par de fortes différences entre les urbains modernes et le mode de vie des campagnes, traditionnellement associé à l’élevage nomade extensif.

Entre privatisation et enjeux environnementaux, les éleveurs mongols cherchent à perpétuer le  modèle socio-culturel et leur base de vie économique qu’est le nomadisme. Cette pratique adaptée aux conditions naturelles difficiles, est pourtant menacée de disparition par les multiples bouleversements que connait le pays. Les éleveurs valorisent difficilement leurs produits, ce qui se traduit notamment par une augmentation de la taille des troupeaux, qui elle-même met en péril l’équilibre entre cheptel et milieu naturel, phénomène exacerbé par les effets du changement climatique. Le manque de structuration de la société rurale réduit la capacité des éleveurs à conduire une réflexion collective sur ces problèmes et à prendre en main leur propre destinée.

Des organisations d'éleveurs pour mieux vivre de l’élevage pastoral

AVSF soutient depuis 2004 les populations mongoles d’éleveurs semi-nomades pour contribuer à la durabilité environnementale et la rentabilité économique de l’élevage pastoral. Il s'agit également d'augmenter la résilience des éleveurs face aux aléas et risques climatiques. AVSF et ses partenaires locaux - fédérations et coopératives d’éleveurs - travaillent principalement sur l'amélioration des dispositifs de santé animale et des pratiques d’élevage, pour en augmenter la productivité.

AVSF a notamment créé des Fédérations d'Eleveurs dans les provinces de l'Arkhangai (plus de 850 éleveurs) et de Bayankhongor, en capacité de prendre aujourd'hui en charge des services de santé animale et conseil zootechnique. AVSF a également développé des filières pour la commercialisation de produits animaux de qualité reconnue sur le marché national (viande, lait) et international (fibres de yak et cachemire).

Ainsi, en Arkhangai, les 120 familles de la Coopérative des Eleveurs de Yak des Montagnes du Khangai, créée avec l’aide d’AVSF, exportent d’importantes quantités de duvet de yak vers l’Europe et l’Amérique du Nord. A Bayankhongor, AVSF a structuré une filière de cachemire qui met l’accent sur une logique qualitative, permettant aux éleveurs de prétendre à une prime sur leur production. Cette prime permet à la fois aux éleveurs de dégager davantage de profits mais également d’allouer une partie de leurs bénéfices à une gestion plus durable des pâturages (structuration de Groupes d’Usagers des Pâturages, gestion des parcours et des points d’eau, gestion adaptative, etc.) et une amélioration de la résilience de leurs systèmes de production (réserves de fourrage, fonds d’urgence, etc.). Ce mode de gestion plus durable des pâturages a permis à son tour de créer un marché de niche pour du cachemire durable, soutenu par un système de certification.

En parallèle, les Fédérations, accompagnées par AVSF pour améliorer leur capacité à défendre les intérêts de leurs membres auprès des décideurs, animent les groupes d’éleveurs pour parvenir à une utilisation durable et collective des ressources naturelles en eau et en pâturages.

Nos actions