La diversité des semences, clé de la sécurité alimentaire des populations

Femme paysanne de la communauté Pasto

Pendant plusieurs dizaines d’années, la Colombie a été le théâtre de violents conflits armés. Les crises économiques, sanitaires et climatiques qui viennent s’y ajouter sont autant de facteurs qui intensifient l’insécurité alimentaire que connaît le pays. En 2023, presque un tiers de la population peine à se nourrir.

Depuis 2008, AVSF intervient dans le sud de la Colombie aux côtés des organisations indigènes du peuple Pasto et de la société civile pour préserver la biodiversité agricole et renforcer les réseaux de producteurs et productrices qui produisent et commercialisent des produits agroécologiques sur les marchés locaux.

Nourrir les populations locales

Dans plusieurs des municipalités où AVSF est présente, les tubercules andins tels que la pomme de terre, l’oca et “l’ollocos”, constituent la principale production agricole et font partie du régime alimentaire de ces peuples depuis des millénaires. Le maïs est également un produit de grande consommation qui joue un rôle important dans l’équilibre alimentaire des populations et dont AVSF a encouragé et amélioré la production, la conservation et la commercialisation. La plupart de ces produits sont en effet destinés aux marchés locaux, pour nourrir les villes et villages alentour. Certaines variétés de pommes de terre colorées, appréciées pour leur quantité d’antioxydants et leur propriétés médicinales, sont également vendues aujourd’hui dans des restaurants jusqu’à Bogota, la capitale, à plus de 1000 kilomètres de là.

Préserver la diversité des semences

La question des semences est étroitement liée à celle des terres. L’agro-industrie s’est emparée de vastes étendues, arrachant les petits producteurs à leurs terres, leurs savoirs, et leurs pratiques. Dans le département de Nariño, la diversité des semences agricoles risque de disparaître et est déjà en fort déclin. Conserver et renforcer la diversité agricole est pourtant essentiel. Certaines variétés se distinguent par leur résistance accrue, leur valeur nutritionnelle supérieure et leur facilité de production, ce qui les rend plus aptes à faire face à l’augmentation des insectes ravageurs et des maladies affectant les plantes, tout en s’adaptant aux changements climatiques.

Depuis 2022, AVSF collabore avec 220 familles de la communauté indigène Pastos, réparties dans quatre municipalités du sud de Nariño, ainsi qu’avec 40 familles des peuples indigènes Ingas et Kamentsá, situées dans le département de Putumayo. Le projet « Biodiversidad 2 » vise à encourager la diversité agricole en réponse à la menace de disparition d’espèces végétales et animales.

Malgré la tendance du marché à homogénéiser la production, de nombreux producteurs et productrices conservent jusqu’à 100 variétés de pommes de terre et plusieurs variétés d’autres tubercules. AVSF les soutient en mettant en place des ateliers de formation et des foires d’échange, afin qu’ils puissent améliorer leurs pratiques de conservation des semences et les distribuer à d’autres producteurs-ices. Des concours ont également été organisés pour récompenser les producteurs et productrices qui présentent dans leurs fermes la plus grande diversité, non seulement de produits alimentaires, mais aussi d’animaux, d’arbres, de plantes médicinales et ornementales.


Condition essentielle au maintien d’une source de nourriture et de médicaments diversifiés pour les populations, AVSF se bat aux côtés de familles paysannes pour préserver la biodiversité des semences agricoles en Colombie, mais également en Bolivie et au Pérou.

Projet(s)

en relation avec cette actualité

Participez au projet en soutenant AVSF

Actualités

Retrouvez les dernières actualités d'AVSF

Agroécologie

À l’occasion de la publication de la note de positionnement portant sur les alternatives aux pesticides et aux produits vétérinaires, AVSF invite trois experts au Salon de l’agriculture pour […]

 

Agriculture vivrière, agriculture de rente, sécurité alimentaire : AVSF a donné la parole à Nicolas Bricas, socio-économiste de l’alimentation, chercheur au Cirad, UMR MoISA et titulaire de la Chaire […]

 

La colère exprimée par les agriculteurs et agriculteurs français en ce début d’année est légitime. Ils et elles témoignent de rémunérations insuffisantes, parfois indécentes. Cette mobilisation reflète un manque […]

 

Il y a quelques mois en Équateur, 35 acteurs-ices de terrain, des équipes d’AVSF et de ses partenaires en Amérique latine, étaient rassemblés à Cayambe, pour un atelier de […]